imprimer
Naissance
1922 à Paris (France)
Décès
1995
>> Rechercher "Jean-Louis Castelli" dans le catalogue Ciné-Ressources

Formation

D'abord secrétaire de l'écrivain Pierre Champion, Jean-Louis Castelli rencontre Raymond Voinquel qui l'initie à la photographie professionnelle. Il reçoit ensuite une solide formation technique à l'école de photographie et de cinéma Louis Lumière à Paris (1941 et 1942). La même année, il fait ses débuts d'assistant au Studio Harcourt avant d'effectuer son service militaire dans le service cinéma de l'armée en 1944-1945.

Carrière au cinéma

De 1956 à 1994, Jean-Louis Castelli participe à plus de 220 films, parcours qui fait de lui un des photographes de plateau incontournable d'une période ou "la photo était pratiquement le seul moyen pour le film de se faire de la publicité".

Il fait pourtant des débuts tardifs au cinéma après avoir été photographe de studio, de mode et de presse. Il est engagé pour remplacer un collègue malade sur le tournage de La traversée de Paris de Claude Autant-Lara (1956). Un démarrage prestigieux et réussi qui lui ouvre les portes d'une nouvelle carrière. Au rythme de plusieurs films par an, les tournages s'enchaînent : Un condamné à mort s'est échappé (Robert Bresson, 1956), Ascenseur pour l'échafaud (Louis Malle, 1957), Les yeux sans visage (Georges Franju, 1959), Le journal d'une femme de chambre (Luis Bunuel, 1963), Playtime (Jacques Tati, 1965). Il travaille aussi avec Claude Autant-Lara (La jument verte, 1959), Robert Hossein (J'ai tué Raspoutine, 1967), Robert Dhéry (Vos gueules les mouettes, 1974), Claude Pinoteau (La Boum, 1980), Jean Jabely (Les gauloises blondes, 1987) ou Philippe Muyl (Cuisines et dépendances, 1992). Un réalisateur se distingue parmi toutes ces collaborations : Georges Lautner. Jean-Louis Castelli photographie sept de ses films dont le mythique Les tontons flingueurs (1963). A partir du milieu des années 70, il travaille de plus en plus pour des productions TV. Il couvre des épisodes de séries comme Les brigades du Tigre, Hôtel de police mais aussi des téléfilms comme L'homme de mes rêves de Georges Lautner (1994).

Autres activités

Jean-Louis Castelli travaille au studio photographique du magazine Vogue en 1947 avant de retourner au studio Harcourt jusqu'en 1948. Après des reportages en Indochine et en Afrique il séjourne 4 ans au Brésil. Là-bas, il travaille pour le magazine Elite, photographie des films d'action (notamment au studio Vera Cruz à Sao Polo) et des "films de carnaval" qui servent à vendre les succès musicaux de leurs interprètes. A son retour en France, il fonde avec des amis l'agence Parimage. Dans les années 70, il possède son propre studio photo à Neuilly.

En 1992, il publie l'album de photographie Les Déesses du cinéma français.

Deux expositions ont mis en valeur son oeuvre : "Corse terre d'images" (7 films tournés dans l'île 1956-1971 : Jean-Louis Castelli, photographies de cinéma, Cinémathèque de Corse, Casa di Lume en 2005) et "Miroir des stars" (Dortoir des moines, Mairie de Saint-Benoît et office du Tourisme de Saint-Benoît en 2012).

Originaire de l'Ile de beauté, Jean-Louis Castelli fait don ses archives à la Cinémathèque de Corse.

Ouvrages

  • Corse terre d'images : 7 films tournés dans l'île 1956-1971 : Jean-Louis Castelli, photographies de cinéma / Cinémathèque de Corse, Casa di Lume ; dir. Jean-Pierre Mattei et Renée Genot ; réalisation
  • Les déesses du cinéma français [Texte imprimé] : les photographies / de Jean-Louis Castelli ; présentées par Christian Gilles. Paris : Ed. Atlas ; Bruxelles : Ed. Atlen, 1992.

Périodiques

  • "La photo en deuil : la disparition d'un grand", Le Film français, n°2582, 27 octobre 1995, p. 28.
  • Alain Schlokoff, "Jean-Louis Castelli : la mémoire du cinéma français", L'Ecran fantastique, n°88, janvier 1988, pp 24-27.
  • J.Z., "L'oeil et la mémoire", La Revue du cinéma, n°411, décembre 1985, pp 16-19

La liste des œuvres proposées ici est basée sur les collections des partenaires de Ciné-Ressources.

Photographies de films (par année de production)

1980 Boum (La) Claude Pinoteau
1976 Gloria Claude Autant-Lara
1976 Chasseur de chez Maxim's (Le) Claude Vital
1975 Vécés étaient fermés de l'intérieur (Les) Patrice Leconte
1974 Pas de problème ! Georges Lautner
1973 Paul and Michelle
Paul et Michèle
Lewis Gilbert
1972 Au rendez-vous de la mort joyeuse Juan Luis Buñuel
1969 Fiancée du pirate (La) Nelly Kaplan
1967 Oscar Edouard Molinaro
1965 Chant du monde (Le) Marcel Camus
1965 Galia Georges Lautner
1964 Chasse à l'homme (La) Edouard Molinaro
1963 Journal d'une femme de chambre (Le) Luis Buñuel
1963 Des pissenlits par la racine Georges Lautner
1963 Tontons flingueurs (Les) Georges Lautner
1963 Assassin connaît la musique (L') Pierre Chenal
1962 Ballade pour un voyou Jean-Claude Bonnardot
1962 C'est pas moi, c'est l'autre Jean Boyer
1961 Petits matins = Mademoiselle stop (Les) Jacqueline Audry
1960 Portes claquent (Les) Michel Fermaud, Jacques Poitrenaud
1960 Zazie dans le métro Louis Malle
1959 Jument verte (La) Claude Autant-Lara
1959 Dialogue des Carmélites (Le) Raymond-Léopold Bruckberger, Philippe Agostini
1959 Yeux sans visage (Les) Georges Franju
1958 Bobosse Etienne Périer
1957 Ascenseur pour l'échafaud Louis Malle
1957 Dos au mur (Le) Edouard Molinaro
1957 Peau de l'ours (La) Claude Boissol
1956 Un condamné à mort s'est échappé Robert Bresson
1956 Action immédiate Maurice Labro

Photographies de personnes

Charles Aznavour
Pierre-Michel Beck
Maurice Bessy
Bourvil
Evelyne Buyle
Claudia Cardinale
Jacques Castelot
Etchika Choureau
Philippe Clay
Daniel Clérice
Nicole Courcel
Jean-Jacques Delbo
Catherine Deneuve
Françoise Dorléac
Anny Duperey
Madeleine Lebeau
Janine Leperre
Marie-France
Maria Mauban
Anne-Marie Mersen
Pierre Mondy
Gaby Morlay
Nathalie Nattier
Dominique Page
Simone Paris
François Patrice
Jacqueline Pierreux
Colette Ripert
Jean des Vallières
Lino Ventura
Dominique Wilms

Photographies numérisées visibles et dossiers de photographies consultables dans les médiathèques des institutions partenaires.