Ciné-Ressources – Fiches personnalités

Rouben Mamoulian

Réalisateur, Producteur, Auteur de l'oeuvre originale, Monteur, Interprète


imprimer
Naissance
08 octobre 1898 à Tiflis (Georgie, Russie)
Décès
04 décembre 1987 à Woodlands Hills (Californie, Etats-Unis)
>> Rechercher "Rouben Mamoulian" dans le catalogue Ciné-Ressources

Formation

Après avoir étudié au lycée Montaigne à Paris, il retourne en Géorgie. Il part ensuite à Moscou pour étudier le Droit, qu'il délaisse rapidement pour suivre les cours d'art dramatique de Stanislavsky. En 1920, après avoir été journaliste et créateur d'une troupe de théâtre, il fonde à Londres une compagnie de théâtre avec des comédiens russes. Quatre ans plus tard, Rouben Mamoulian gagne New York pour diriger le théâtre de George Eastman où il met en scène plusieurs pièces.

Carrière au cinéma

En 1929, la Paramount, qui recherche des metteurs en scène de théâtre pour réaliser des films parlants, fait appel à Rouben Mamoulian pour mettre en scène Applause, un film sonore ayant pour thème la vie d'une vedette de music-hall. Deux ans plus tard, il met en scène Gary Cooper et Sylvia Sidney dans un film de série noire, Les Carrefours de la ville (1931) puis, dans un tout autre genre, Dr Jekyll and Mr Hyde (1932) avec Frederic March et Miriam Hopkins. Rouben Mamoulian se caractérise alors par sa capacité à tourner des films très différents. Ainsi après un film de gangsters puis un film fantastique, il se tourne en 1931 vers la comédie musicale avec Love me tonight, mettant en scène Maurice Chevalier et Jeannette MacDonald. En 1933, c'est Marlene Dietrich qu'il met en scène dans Song of songs (Cantique d'amour), un film mélodramatique. La même année, il quitte la Paramount pour la MGM et fait tourner une autre grande star du cinéma, Greta Garbo, dans La Reine Christine. Après s'être attaqué aux films parlants, Rouben Mamoulian réalise en 1935 le premier grand film américain en couleurs, Becky Sharp, dont il a su accentuer l'atmosphère en utilisant la couleur. Le film reçoit le prix du meilleur film en couleurs au festival de Venise. Avec La Furie de l'or noir tourné en 1938, il s'attaque cette fois au western. Après un film sur la boxe, Golden boy en 1939, Rouben Mamoulian réalise en 1940 Le Signe de Zorro. En 1942, il tourne Qui perd gagne avec Henry Fonda et Gene Tierney, avant de s'éclipser durant dix ans des plateaux de cinéma. En 1957, il renoue avec la comédie musicale dans La Belle de Moscou, grosse production américaine réunissant Fred Astaire et Cyd Charisse. Ce film sera son dernier car tous les projets de réalisation suivants lui sont retirés par les producteurs hollywoodiens, qui lui reprochent de ne pas les mener à terme.







.

Autres activités

Rouben Mamoulian est également connu comme metteur en scène de théâtre : Porgy (1928), Porgy and Bess (1935) et Oklahoma ! (1943).

Prix

  • LUCHINO VISCONTI AWARD, 1985 au David Di Donatello Awards
  • Prix pour l'ensemble de la carrière, 1984 au Los Angeles Film Critics Association Awards
  • Prix pour l'ensemble de la carrière, 1982 au DGA - Directors Guild of America (Los Angeles)
  • Meilleur réalisateur, 1936 au New York Film Critics Circle Awards pour le film : The gay desperado

Ouvrages

  • Reinventing reality : the art and life of Rouben Mamoulian / Mark Spergel.- Metuchen : London : The Scarecrow Press, 1993.
  • Rouben Mamoulian / Alessandro Pirolini. - Milano : Castoro, [1999].
  • Rouben Mamoulian / Tom Milne.- London : Thames & Hudson : BFI, 1969.
  • Rouben Mamoulian : eine Dokumentation.- Berlin : Stiftung Deutsche Kinematek, 1987.
  • Rouben Mamoulian : el estilo como resistencia / Santiago Vila. - [Valencia] : Instituto Valencia de Cinematografia Ricardo Munoz Suay, La Filmoteca, [2001].
  • Rouben Mamoulian : la galerie des doubles / Pierre Berthomieu.- Liège : Editions du Céfal, 1995.
  • Rouben Mamoulian, i suoi film e i suoi critici / Giulio Cesare Castello. - [Roma] : Edizioni di Bianco e nero, [1964].

Périodiques

  • Action, vol. 9, n° 5, septembre-octobre 1974. W. Warga, "Rouben Mamoulian"
  • American Film, vol. 8, n° 4, janvier-février 1983. Anonyme, "Dialogue on film : Rouben Mamoulian"
  • Bianco e nero, n° 3, mars 1964. Giulio Cesare Castello, "Rouben Mamoulian"
  • Bianco e Nero, vol. 49, n° 1, janvier-mars 1988. Guido Fink, "Le ombre di Mamoulian"
  • Cahiers du Cinéma (Les), n° 175, février 1966. Axel Madsen, "Rencontre avec Robert Mamoulian"
  • Cinéma 65, n° 92, janvier 1965. G. C. Castello, "Mamoulian"
  • Cinema Scope, n° 18, avril 2004. Guy Maddin, "Mamoo the Tropist ! His Paramount Years"
  • Dirgido por..., n° 154, janvier 1988. Carlos Garcia Brusco, "Rouben Mamoulian : Las tribulaciones del estilista"
  • Dirigido por..., n° 311, avril 2002. Quim Casas, "Rouben Mamoulian : la tecnica al servicio del arte"
  • EPD Film, vol. 4, n° 1, janvier 1987. Thomas Brandlmeier, "Musicals und Melodramen"
  • Filament, n° 4, 1984. Bob Vider, "Rouben Mamoulian unmasked : A reappraisal"
  • Film Culture, n° 28, printemps 1963. Anonyme, "Rouben Mamoulian"
  • Film Dope, n° 38, décembre 1987. Anonyme, "1057. Rouben Mamoulian"
  • Film français (Le), n° 2173, 25 décembre 1987. Anonyme, "In mémoriam"
  • Filmfax, n° 29, octobre-novembre 1991. Tom Weaver; Michael Brunas, "An outspoken interview with Rose Hobart"
  • Films and Filming, n° 401, février 1988. Tim Pulleine, "Rouben Mamoulian"
  • Films in Review, vol. 24, n° 7, août-septembre 1973. Paul Horgan, "Rouben Mamoulian. The start of a career"
  • Films in Review, vol. 39, n° 8/9, août-septembre 1988. Ken Hanke, "Rouben Mamoulian"
  • Films of the Golden Age, n° 16, avril 1999. William Hare, "Rouben Mamoulian impeccable style"
  • Interciné, juin 1935. Alberto Consiglio, "Rouben Mamoulian"
  • Literature/Film Quarterly, vol. 10, n° 4, 1982. H. A. Hargrave, "Interview with Rouben Mamoulian"
  • National Film Theatre, mai-juin 1968. Anonyme, "Rouben Mamoulian"
  • Positif, n° 395, janvier 1994. Pierre Berthomieu, "Rouben Mamoulian et la rétrospective du cinéma arménien"
  • Positif, n° 64/65, rentrée 1964. Robert Benayoun, "Ré-examen de Mamoulian"
  • Revue du Cinéma (La), n° 435, février 1988. Anonyme, "Fondu au noir"
  • Segnocinema, vol. 7, n° 28, mai 1987. Gian Carlo Bertolina, "Classicismo immobile e invenzione stilistica"
  • Variety, vol. 329, n° 7, 9 décembre 1987. Todd McCarthy, "Rouben Mamoulian, distinguished film, stage director, dead at 90"
  • Velvet Light Trap, n° 19, 1982. John Andrew Gallagher; M. A. Amoruco, "An interview with Rouben Mamoulian"

Liens Internet

Longs métrages

en tant que : Réalisateur

1929 Applause Rouben Mamoulian
1931City Streets
Les Carrefours de la ville
Rouben Mamoulian
1931Love Me Tonight
Aimez-moi ce soir
Rouben Mamoulian
1932 Dr Jekyll and Mr Hyde
Docteur Jekyll et Mister Hyde
Rouben Mamoulian
1933 Queen Christina
La Reine Christine
Rouben Mamoulian
1933 Song of Songs (The)
Le Cantique des cantiques
Rouben Mamoulian
1934 We Live Again
Terre de résurrection
Rouben Mamoulian
1935Becky Sharp Rouben Mamoulian
1936 Gay Desperado (The)
Le Joyeux bandit
Rouben Mamoulian
1937High, Wide and Handsome
La Furie de l'or noir
Rouben Mamoulian
1939Golden Boy
L'Esclave aux mains d'or
Rouben Mamoulian
1940 Mark of Zorro (The)
Le Signe de Zorro
Rouben Mamoulian
1941Blood and Sand
Arènes sanglantes
Rouben Mamoulian
1941 Rings on Her Fingers
Qui perd gagne
Rouben Mamoulian
1948Summer Holiday
Belle jeunesse
Rouben Mamoulian
1956 Silk Stockings
La Belle de Moscou
Rouben Mamoulian
1958 Porgy and Bess Otto Preminger, Rouben Mamoulian

en tant que : Auteur de l'oeuvre originale

1958Never Steal Anything Small Charles Lederer

en tant que : Producteur

1931Love Me Tonight
Aimez-moi ce soir
Rouben Mamoulian
1932 Dr Jekyll and Mr Hyde
Docteur Jekyll et Mister Hyde
Rouben Mamoulian
1933 Song of Songs (The)
Le Cantique des cantiques
Rouben Mamoulian

en tant que : Monteur

1931Love Me Tonight
Aimez-moi ce soir
Rouben Mamoulian

en tant que : Interprète

1984George Stevens : A Filmmaker's Journey George Stevens Jr.