Ciné-Ressources – Fiches personnalités

Martin Ritt

Réalisateur, Producteur, Scénariste, Interprète


imprimer
Naissance
02 mars 1920 à New York City (New York, Etats-Unis)
Décès
08 décembre 1990 à Santa Monica (Californie, Etats-Unis)
>> Rechercher "Martin Ritt" dans le catalogue Ciné-Ressources

Formation

Après des études de droit, Martin Ritt devient acteur et interprète de petits rôles dans de nombreuses pièces et quelques films jusqu'au milieu des années 1950. Il enseigne à l'Actors Studio et se lance dans la mise en scène de théâtre, puis de télévision.

Carrière au cinéma

Malgré une oeuvre inégale, Martin Ritt est l'un des rares réalisateurs hollywoodiens à avoir traité de questions sociales et politiques. Inscrit sur la liste noire en raison de ses sympathies de gauche, il profite de l'apaisement de l'après-maccarthysme pour réaliser ses premiers films : L'Homme qui tua la peur, en 1956, et Les Sensuels, l'année suivante. En 1956 et 1957, il adapte deux romans de William Faulkner, Les Feux de l'été et Le Bruit et la fureur, qui marquent le début d'une collaboration fructueuse avec le duo de scénaristes Irving Ravetch et Harriet Frank Jr. Après Paris blues (1961) et Aventures de jeunesse (1962), il remporte un franc succès avec Le Plus sauvage d'entre tous (1963), sorte de western moderne pour lequel deux acteurs et le directeur de la photographie obtiendront des oscars. Pendant les années 1960, Martin Ritt tourne plusieurs longs métrages avec Paul Newman, dont L'Outrage (1964), remake de Rashomon de Kurosawa, et Hombre (1966). Après William Faulkner et Ernest Hemingway, il adapte l'écrivain John Le Carré dans L'espion qui venait du froid (1965). Les années 1970 lui sont particulièrement favorables. Il réalise Traître sur commande (1970), avec Sean Connery et Richard Harris immergés dans l'univers des mineurs de Pennsylvanie du XIXe siècle. Ce film, qu'il considère comme son meilleur, inaugure une série de réalisations à caractère social et politique, dont L'Insurgé (1970), Sounder (1972) et Conrack (1974), consacrés à la minorité noire. En 1976, Martin Ritt réalise avec le scénariste Walter Bernstein et l'acteur Zero Mostel, également mis à l'index sous le maccarthysme, un film essentiel sur le sujet, Le Prête-nom, où joue Woody Allen. Norma Rae (1978), qui vaut à l'actrice Sally Field un oscar et un prix d'interprétation, clôt brillamment la décennie 1970. Les années 1980 sont moins souriantes. Back roads (1981) et Murphy's romance (1985) ne sortent pas en France, et la biographie de l'écrivain Kinnan-Rawlings, Marjorie (1983), ne rencontre aucun succès au festival de Cannes. Après Cinglée (1987), avec Barbra Streisand, Martin Ritt conclut sa carrière sur une romance, Stanley et Iris (1989).

Autres activités

Dans les années 30, il entre au Group Theatre , une des formations les plus engagées de l'époque. Il y côtoie des dramaturges comme Clifford Oddets, Irwin Shaw, Michael Blankfort et William Saroyan, des metteurs en scène comme Elia Kazan, Lee Strasberg, Sidney Lumet et Joshua Logan, des acteurs comme John Garfield, Karl Malden et Lee J Cobb... En 1936 il joue avec Nicholas Ray dans The Crime de M. Blankfort et fait ses débuts à New York en 1937 dans Golden boy.
Durant ses six années de mise à l'index, il reprend sa carrière d'acteur et de metteur en scène au théâtre et enseigne à l'Actors.Studio, où il compte parmi ses élèves James Dean, Paul Newman, Joanne Woodward, Rod Steiger...

Ouvrages

  • Martin Ritt / Roberto Ellero. - Firenze : La Nuova Italia, 1989
  • Martin Ritt : interviews / Gabriel Miller. - Jackson : University Press of Mississippi, 2003
  • Picking up the tab : the life and movies of Martin Ritt [Biographie] / Carlton Jackson . - Bowling Green : Bowling Green State University Popular Press, 1994
  • The films of Martin Ritt / Sheila Whitaker. - London, British Film Institute, 1972
  • The films of Martin Ritt : fanfare for the common man / Gabriel Miller. - Jackson : University Press of Mississippi, 2000

Périodiques

  • American Film, vol. 05, n° 6, avril 1980. "Profile of Ritt followed by an interview in which he talks about his career..."
  • American Film, vol. 09, n° 2, novembre 1983. "Dialogue on film : Martin Ritt"
  • American Film, vol. 15, n° 2, novembre 1989. Julia Cameron, "True Ritt"
  • Amis du film et de la TV (Les), n° 223, décembre 1974. "Du talent et du coeur, Martin Pitt (Entretien)"
  • Casablanca, n° 31-32, juillet-août 1983. Valeria Ciompi, "Con Martin Ritt. El secreto de la tierra"
  • Castoro Cinema (Il), n° 140, mars-avril 1989. Roberto Ellero, "Martin Ritt"
  • Celuloide, vol. 25, n° 290, avril 1980. Fernando Duarte, "Filmografia de Martin Ritt"
  • Chaplin, vol. 15, n° 3, 1973. K. Freund, "Ett stort vitt hopp"
  • Chaplin, vol. 21, n° 4, 1979. G. Carlsson, "Att gora underhallning av sin overtygelse"
  • Cineaste, vol. 18, n° 4, 1991. L. Goldfarb; A. Illyashov, "Working class hero"
  • Cineaste, vol. 27, n° 1, hiver 2001. Dave Wagner, "The Films of Martin Ritt : Fanfare for the Common Man"
  • Cinéma 58, n° 27, mai 1958. Cynthia Genier, "USA 58 : Nouveaux visages"
  • Cinéma 61, n° 55, avril 1961. Jean Wagner, "Avec Martin Ritt au Club 33"
  • Cinéma 73, n° 178-179, juillet 1973. Michel Grisolia, "Martin Ritt"
  • Cinéma 74, n° 183, janvier 1974. J.C. Ruben, "Martin Ritt. Je suis un professionnel, pas un génie..."
  • Dirgido por..., n° 1987, janvier 1991. "Martin Ritt : un cineasta comprometido"
  • Ecran 74, n° 30, novembre 1974. "Martin Ritt"
  • Emmy, vol. 7, n° 4, juillet 1985. S. Berkowitz, "Martin Ritt : a shaper of the medium is now its critic"
  • EPD Film, vol. 8, n° 2, février 1991. "Martin Ritt. 2.3.1920 (1914?) - 8.12.1990"
  • Film Comment, vol. 22, n° 1, janvier-février 1986. Pat McGilligan, "Ritt large (Entretien)"
  • Film Criticism, vol. 18, n° 4, décembre 1991. Gabriel Miller, "The Death of the Western Hero : Martin Ritt's Hud and Hombre"
  • Film en Televisie, n° 405, février 1991. Ronnie Pede, "Martin Ritt. Sociaal filmer in Hollywood"
  • Film Français (Le), n° 2329, 21 décembre 1990. "In memoriam : Martin Ritt"
  • Film Quarterly, vol. 12, n° 3, avril 1959. "The problems of independent american film-makers, with special interest to Martin Ritt"
  • Film Review, vol. 27, n° 4, avril 1977. "Ritt discusses his early career as actor / director, his blacklisting and the people he's worked with"
  • Filmmakers Monthly Newsletter, vol. 14, n° 6, avril 1981. D.S. Reiss, "Portrait of a director : the completely candid Martin Ritt"
  • Filmrutan, vol. 34, n° 3, 1991. Roger Teréus, "Martin Ritt en av Hollywoods gamla palitliga"
  • Films and Filming, vol. 011, n° 3, décembre 1964. "The best and worst of Martin Ritt. Survey of his work and career"
  • Films and Filming, vol. 11, n° 3, août 1968. Lionel Godfrey, "Tall when they're small. The films of Martin Ritt as seen"
  • Films and Filming, vol. 23, n° 6, mars 1977. Alexander Stuart, "Paronia paradise (Entretien)"
  • Focus on Film, n° 3, mai-août 1970. "Martin Ritt"
  • Hollywood Reporter (The), vol. 315, n° 21, 10 décembre 1990. "Martin Ritt"
  • Jeune Cinéma, n° 73, septembre 1973. Claude Benoît, "Martin Ritt"
  • Kosmorama, vol. 20, n° 122, septembre 1974. Kaare Schmidt, "Martin Ritts sociale holdning"
  • Monthly Film Bulletin, vol. 30, n° 352, mai 1963. "Martin Ritt"
  • Première, n° 74, mai 1983. "Martin Ritt"
  • Premiere, vol. 3, n° 7, mars 1990. Michele Willens, "Cameos : Martin Ritt"
  • Revue du Cinéma (La) / Image et Son, n° 113, juin 1958. "Portrait : Martin Ritt"
  • Revue du Cinéma (La) / Image et Son, n° 315, mars 1977. Henri Béhar, "Rencontres avec... Martin Ritt"
  • Revue du Cinéma (La) / Image et Son, n° 468, février 1991. Jacques Zimmer, "Martin Ritt"
  • Skoop, vol. 15, n° 7, septembre 1979. Ate de Jong, "Hollywood werkt als een bankrover die een bank wil plunderen : daar zit de poen!"
  • Variety, 17 décembre 1990. "Martin Ritt"
  • Visions, n° 9, mai 1983. "Le retour de Martin Ritt (Entretien)"

Longs métrages

en tant que : Réalisateur

1956 Edge of the City
L'Homme qui tua la peur
Martin Ritt
1957No Down Payment
Les Sensuels
Martin Ritt
1958 Black Orchid (The)
L'Orchidée noire
Martin Ritt
1958Long Hot Summer (The)
Les Feux de l'été
Martin Ritt
1958Sound and the Fury (The)
Le Bruit et la fureur
Martin Ritt
1959 Jovanka e le altre
Cinq femmes marquées
Martin Ritt
1960 Paris Blues Martin Ritt
1962 Hemingway's Adventures of a Young Man
Aventures de jeunesse
Martin Ritt
1962Hud
Le Plus sauvage d'entre nous
Martin Ritt
1963Outrage (The) Martin Ritt
1965Spy Who Came in from the Cold (The)
L'Espion qui venait du froid
Martin Ritt
1966 Hombre Martin Ritt
1967 Brotherhood (The)
Les Frères siciliens
Martin Ritt
1968 Molly Maguires (The)
Traître sur commande
Martin Ritt
1970 Great White Hope (The)
L'Insurgé
Martin Ritt
1972Pete'n Tillie
Peter and Tillie
Martin Ritt
1972Sounder Martin Ritt
1973Conrack Martin Ritt
1976 Front (The)
Le Prête-nom
Martin Ritt
1977Casey's Shadow Martin Ritt
1978Norma Rae Martin Ritt
1981Back Roads Martin Ritt
1983Cross Creek
Marjorie
Martin Ritt
1985Murphy's Romance Martin Ritt
1987Nuts
Cinglée
Martin Ritt
1988 Stanley and Iris
Stanley et Iris
Martin Ritt

en tant que : Scénariste

1959 Jovanka e le altre
Cinq femmes marquées
Martin Ritt

en tant que : Producteur

1962Hud
Le Plus sauvage d'entre nous
Martin Ritt
1963Outrage (The) Martin Ritt
1965Spy Who Came in from the Cold (The)
L'Espion qui venait du froid
Martin Ritt
1966 Hombre Martin Ritt
1968 Molly Maguires (The)
Traître sur commande
Martin Ritt
1973Conrack Martin Ritt
1976 Front (The)
Le Prête-nom
Martin Ritt
1983Cross Creek
Marjorie
Martin Ritt

en tant que : Coproducteur

1987Nuts
Cinglée
Martin Ritt

en tant que : Interprète

1944Winged Victory George Cukor
1975Richter und sein Henker (Der) Maximilian Schell
1976 Hollywood on Trial David M. Helpern Jr.
1985Slugger's Wife (The) Hal Ashby