Ciné-Ressources – Fiches personnalités

Shôhei Imamura

Réalisateur, Scénariste, Assistant réalisateur, Interprète, Producteur


imprimer
Naissance
15 septembre 1926 à Tokyo, Japon
Décès
30 mai 2006 à Tokyo, Japon
>> Rechercher "Shôhei Imamura" dans le catalogue Ciné-Ressources

Carrière au cinéma

Dès son entrée à la Shochiku, Shohei Imamura assiste Yasujiro Ozu pour la réalisation de Début d'été (1951), Le goût du riz et du thé vert (1952) et Voyage à Tokyo (1953). Il passe à la Nikkatsu en 1954 où il écrit plusieurs scénarios pour Kawashima, dont celui de Chronique du soleil à la fin de l'époque féodale (1957). En 1958, il s'essaie à la réalisation et signe trois films la même année : Désir effacé décrit les péripéties d'une troupe de théâtre ambulant, Désir inassouvi conte une histoire criminelle. Déjà, Imamura affiche sa prédilection pour les personnages et les situations du peuple racontées avec réalisme. Il s'attache à décrire la réalité sociale de son pays, comme dans Cochons et cuirassés (1961), sur la lutte des gangs de récupération des déchets de la marine américaine pour nourrir les porcs, ou dans Profonds désirs des dieux (1968) qui confronte un Japon primitif à une caricature du développement industriel. Imamura affectionne particulièrement les personnages féminins, forts, volontaires et remplis de vitalité. Dans La femme insecte (1963), il lie ce personnage fétiche aux thèmes du désir sexuel et du prolétariat japonais. Son art se rapproche de plus en plus du documentaire. Il s'inspire de l'histoire et de faits divers qu'il décortique. Evaporation de l'homme (1967) ou La vengeance est à moi (1973) racontent les destins brisés de gens ordinaires, inspirés d'histoires vraies, baignés dans le contexte historique de l'après-guerre. Après avoir fondé sa propre maison de production, il réalise La balade de Narayama (1983), qui lui vaut la palme d'or à Cannes et une reconnaissance internationale pour la première fois de sa carrière. Victime de la crise du cinéma japonais, Imamura se consacre à la télévision pour renflouer ses caisses. En 1997, il signe L'anguille. Son talent est consacré par une deuxième Palme d'Or qu'il obtient pour cette réalisation. Son oeuvre, critique du néoconformisme de la société japonaise, est définitivement reconnue au-delà des frontières de l'archipel nippon.

Autres activités

La carrière de Shohei Imamura est marquée par la polyvalence. Il s'exprime avec force sur tous les supports. Tout en réalisant ses propres films, il continue à écrire des scénarios pour ses collègues et amis de la Nikkatsu, et notamment pour Kiriro Urayama dont il signe La ville des coupoles en 1962. La même année, il met en scène la pièce de théâtre Dieux et cochons. En 1965, il fonde sa compagnie de production : Imamura productions . Il réalise aussi divers films pour la télévision. Ces dames qui vont loin (1973), qui peint d'anciennes prostituées, est applaudi par les critiques.

Ouvrages

  • Cinéma du réel : avec Imamura, Ivens, Malle, Rouch, Storck, Varda... et le ciné-journal de Depardon [Biographie] / Claire Devarrieux, Marie-Christine de Navacelle . - Paris : Autrement, 1988
  • Espace et culture dans la pratique cinématographique d'Imamura Shohei : discours et style identitaires [Thèse] / par Marie-Josée Rosa. - Montréal : Université de Montréal, 2000.
  • Imamura Shohei no seisaku genba / Michihiro Kakii . - Tokyo : Kodansha, 1987
  • Le cinéma japonais au présent : 1959-1984 / dossier collectif coord. par Max Tessier . - Mise à jour - Paris : Filméd. P. Lherminier, 1984
  • Notes for a study on Shohei Imamura / by Donald Richie ; with additional material by Audie Bock.- Sydney : Australian Film Institute, 1983
  • Petite planète cinématographique : 50 réalisateurs, 40 ans de cinéma, 30 pays / Michel Ciment . - Paris : Stock, 2003
  • Rencontres du Septième Art : entretiens avec Akira Kurosawa, Shôhei Imamura, Mathieu Kassovitz et Shiguéhiko Hasumi / Takeski Kitano présenté par Michel Boujut ; trad. du japonais par Silvain Chupin .
  • Shohei Imamura / James Quandt.- Indiana University Press, 1999
  • Shohei Imamura : entretiens et témoignages / Hubert Niogret . - Paris : Dreamland, 200
  • Shohei Imamura [Biographie] / a cura di Adriano Piccardi ; Angelo Signorelli . - [Bergamo] : [Film meeting], 1987
  • The Midnight Eye Guide to New Japanese Film / Tom Mes ; Jasper Sharp ; préface d'Hideo Nakata. - Berkeley ; : Stone Bridge Press, 2004

Périodiques

  • 24 Images, n° 128, septembre 2006. Marcel Jean, "L'anthropologue du Japon moderne: Shôhei Imamura, 1926-2006"
  • Cahiers de la cinémathèque (Les), nº 72-73, novembre 2001 : Ecrans Japon. José Baldizzone, "L' histoire du Japon racontée par... Shohei Imamura, cinéaste"
  • Cahiers du Cinéma (Les), n° 401, novembre 1987. Charles Tesson, "L' esthétique de la décadence : entretien avec Shohei Imamura"
  • Cahiers du Cinéma (Les), n° 425, novembre 1989. Antoine de Baecque, "Histoire de douleur"
  • Cahiers du Cinéma (Les), n° 512, avril 1997. Stéphane Bouquet, "Imamura, le porc et son homme"
  • Cahiers du cinéma, nº 166-167, mai-juin 1965. Koichi Yamada, "Les cochons et les dieux : Imamura Shohei"
  • Cahiers du cinéma, nº 333, mars 1982. Charles Tesson, "Un cinéma maudit : Rétrospective Imamura Shohei à la cinémathèque"
  • Cahiers du cinéma, nº 352, octobre 1983. Bertrand Raison, "Shohei Imamura : le Japon oublié"
  • Cahiers du cinéma, nº 421, juin 1989. Thierry Jousse, "Shohei Imamura"
  • Cahiers du cinéma, nº 530, décembre 1998. Nicolas Saada ; Charles Tesson ; Catherine Cadou, "Le docteur Agaki, c'est moi : Entretien avec Shohei Imamura"
  • Cahiers du cinéma, nº 613, juin 2006. Stéphane Bouquet, "L'animal Imamura"
  • Cinema Papers, n° 34, septembre-octobre 1981
  • EPD Film, vol. 23 n° 7, juillet 2006. Gerhard Midding, "Das Leben der Ameisen: zum Tod des japanischen Regisseurs Shohei Imamura"
  • Film Comment, vol. 19, n° 5, septembre-octobre 1983
  • Film Comment, vol. 42 n° 4, juillet-août 2006. Chuck Stephens, "The lower depths"
  • Film-dienst, vol. 59 n° 14, juillet 2006. Josef Nagel, "Shôhei Imamura"
  • Filmmagien, n° 565, juillet-août 2006. Hugo Bernaers, "Shohei Imamura: de ballade van een antropologische filmmaker"
  • Image & Son, n° 374, juillet-août 1982
  • Jeune Cinéma, n° 66, novembre 1972
  • Positif, n° 253, avril 1982
  • Positif, n° 291, mai 1985
  • Positif, n° 454, décembre 1998
  • Positif, n° 545-546, juillet -août 2006. Hubert Niogret, "Shohei Imamura 1926-2006"

Liens Internet

Courts métrages

en tant que : Réalisateur

1972Bubuan no Kaizoku
Les Pirates de Bubuan
Shôhei Imamura
1973Muhomatsu kokyo e kaeru [TV] Shôhei Imamura

Longs métrages

en tant que : Réalisateur

1958 Hateshinaki yokubo
Désir inassouvi
Shôhei Imamura
1958 Nishi Ginza ekimae
Devant la gare de Ginza-Ouest
Shôhei Imamura
1958 Nusumareta yokubo
[Désirs volés]
Shôhei Imamura
1959 Nianchan
Le Grand frère = Les Enfants du charbonnage
Shôhei Imamura
1961 Buta to gunkan
Cochons et cuirassés = Filles et gangsters
Shôhei Imamura
1963 Nippon konchuki
La Femme insecte
Shôhei Imamura
1964 Akai satsui
Désir meurtrier
Shôhei Imamura
1965 Jinruigaku nyumon
Introduction à l'anthropologie = Le Pornographe
Shôhei Imamura
1967 Ningen johatsu
L'Evaporation de l'homme
Shôhei Imamura
1968 Kamigami no fukaki yokubo
Profond désir des dieux
Shôhei Imamura
1970 Nippon sengo shi madamu onboro no seikatsu
Histoire du Japon racontée par une hôtesse de bar
Shôhei Imamura
1971 Mikikanhei o Otte
En suivant ces soldats qui ne sont pas revenus
Shôhei Imamura
1975 Karayuki san
Ces dames qui vont au loin
Shôhei Imamura
1979 Fukushu suru wa ware ni ari
La Vengeance est à moi
Shôhei Imamura
1981 Eijanaïka
Eijanaïka - Pourquoi pas ?
Shôhei Imamura
1982 Narayama bushi ko
La Ballade de Narayama
Shôhei Imamura
1987 Zegen Shôhei Imamura
1989 Kuroi ame
Pluie noire
Shôhei Imamura
1996 Unagi
L'Anguille
Shôhei Imamura
1997 Kanzo senseï Shôhei Imamura
2000 Akai hashi no shita no nurui mizu
De l'eau tiède sous un pont rouge
Shôhei Imamura
2002 September 11 Samira Makhmalbaf, Claude Lelouch, Youssef Chahine, [etc.]
2002 September 11 : Japon Shôhei Imamura

en tant que : Assistant réalisateur

1951 Bakushu
Eté précoce
Yasujiro Ozu
1952 Ochazuke no aji
Le Goût du riz au thé vert
Yasujiro Ozu
1953 Tokyo monogatari
Voyage à Tokyo
Yasujiro Ozu
1954Kuroi Ushio
Marée noire
Sô Yamamura
1955 Ashita kuru hito Yûzô Kawashima
1956 Suzaki paradaisu
Le Paradis de Suzaki
Yûzô Kawashima
1957 Bakumatsu taiyoden Yûzô Kawashima

en tant que : Scénariste

1955Tsukiwa noborinu Kinuyo Tanaka
1956Fusen Yûzô Kawashima
1957 Bakumatsu taiyoden Yûzô Kawashima
1958 Hateshinaki yokubo
Désir inassouvi
Shôhei Imamura
1958 Nishi Ginza ekimae
Devant la gare de Ginza-Ouest
Shôhei Imamura
1959Jigoku no magarikago Koreyoshi Kurahara
1959 Nianchan
Le Grand frère = Les Enfants du charbonnage
Shôhei Imamura
1961 Buta to gunkan
Cochons et cuirassés = Filles et gangsters
Shôhei Imamura
1962Kyupora no aru machi Kiriro Urayama
1963 Nippon konchuki
La Femme insecte
Shôhei Imamura
1963Samurai no ko Kiriro Urayama
1964 Akai satsui
Désir meurtrier
Shôhei Imamura
1964Keirin shonin gyoioki Shogoro Nishimura
1965 Jinruigaku nyumon
Introduction à l'anthropologie = Le Pornographe
Shôhei Imamura
1967Neon taiheiki-keieigaku nyumon Tadahiko Isomi
1967 Ningen johatsu
L'Evaporation de l'homme
Shôhei Imamura
1968Higashi shinakai Tadahiko Isomi
1968 Kamigami no fukaki yokubo
Profond désir des dieux
Shôhei Imamura
1970 Nippon sengo shi madamu onboro no seikatsu
Histoire du Japon racontée par une hôtesse de bar
Shôhei Imamura
1981 Eijanaïka
Eijanaïka - Pourquoi pas ?
Shôhei Imamura
1982 Narayama bushi ko
La Ballade de Narayama
Shôhei Imamura
1987 Zegen Shôhei Imamura
1989 Kuroi ame
Pluie noire
Shôhei Imamura
1996 Unagi
L'Anguille
Shôhei Imamura
1997 Kanzo senseï Shôhei Imamura
2000 Akai hashi no shita no nurui mizu
De l'eau tiède sous un pont rouge
Shôhei Imamura

en tant que : Producteur

1965 Jinruigaku nyumon
Introduction à l'anthropologie = Le Pornographe
Shôhei Imamura
1967 Ningen johatsu
L'Evaporation de l'homme
Shôhei Imamura

en tant que : Interprète

1967 Ningen johatsu
L'Evaporation de l'homme
Shôhei Imamura
1990Shohei Imamura, le libre penseur Paulo Rocha