imprimer
Naissance
26 mai 1905 à Paris
Décès
26 mai 1989 à
>> Rechercher "Jean Jacquelin" dans le catalogue Ciné-Ressources

(détails)


(détails)


(détails)


(détails)


(détails)


Formation

En 1920, Jean Jacquelin entre à l'École nationale supérieure des arts appliqués et des métiers d'art (à l'époque école Germain-Plon). Son premier emploi, chez Balagny-Loichemolle, une marbrerie d'art, consiste à refaire de nombreuses plaques commémoratives d'immeubles parisiens. Dans les années 1930, il réalise de nombreuses campagnes de presse, notamment pour les marques de voitures Hotchkiss, Peugeot ou Simca. Il signe une affiche pour la marque Delage en 1939.

Carrière au cinéma

De 1942 à 1957, Jean Jacquelin marque de son empreinte l'histoire de l'affiche du cinéma en France en réalisant une quarantaine d'oeuvres.
C'est André Paulvé, créateur de la société de distribution Discina, qui le fait débuter dans ce domaine. En signant, au sortir de la guerre, l'une des deux affiches 160 x 120 cm (l'autre est de Jean-Denis Malclès) pour La Belle et la bête (Jean Cocteau, 1945), Jacquelin va mettre en place le système graphique qui le caractérise. En juxtaposant les aplats de couleur (technique que Jean-Adrien Mercier a largement diffusée dans les années 1930), il impose un univers dynamique et acidulé dont il ne se départira pas. Proche en cela des papiers découpés que Matisse utilise au cours des années 1950, Jacquelin donne à l'art de l'affiche plusieurs réussites notables, dont Dédée d'Anvers (Yves Allégret, 1947, affiche 160 x 120 cm, et Jour de fête (Jacques Tati, 1949), affiche 160 x 240 cm. En 1952, pour Casque d'or (Jacques Becker), il s'inspire d'une affiche de Toulouse-Lautrec sur "May Belfort", une chanteuse montmartroise (affiche imprimée en 1895). La silhouette de Simone Signoret, imprimée en lithographie avec une dominante orange, montre l'actrice qui semble avancer vers le spectateur, alors que Serge Reggiani, figé au fond de l'affiche, est déjà celui qui va disparaître. Cette affiche est évidemment une citation et un hommage au Maître de l'affiche. Jean Jacquelin cesse assez vite son activité pour le cinéma. Avec la disparition de la lithographie et la généralisation de l'offset dans les années 1960, il fera encore quelques affiches pour la publicité (SNCF, Crédit foncier de France), et ce jusqu'en 1975.

Ouvrages

  • Jean Jacquelin : Affichiste et dessinateur publicitaire, Anne-Claude Lelieur et Raymond Bachollet, Paris, éditions de l'Agence culturelle de Paris, 1993. (Collection " Affichistes ").

La liste des oeuvres proposées ici est basée sur les collections des partenaires de Ciné-Ressources.

Affiches de films (classées suivant l'année de production des films)

1954 Printemps, l'automne et l'amour (Le) Gilles Grangier
1954 Printemps, l'automne et l'amour (Le) Gilles Grangier
1951 Trois femmes André Michel
1951 Casque d'or Jacques Becker
1950 Fröken Julie
Mademoiselle Julie
Alf Sjöberg
1950 Ma pomme Marc-Gilbert Sauvajon
1950 Traqué (Le) Borys Lewin, Frank Tuttle
1949 Lady Paname Henri Jeanson
1949 Singoalla Christian-Jaque
1948 Amants de Vérone (Les) André Cayatte
1948 Pattes blanches Jean Grémillon
1948 Du Guesclin Bernard de Latour
1947 Chartreuse de Parme (La) Christian-Jaque
1947 Dernières vacances (Les) Roger Leenhardt
1947 Rocambole Jacques de Baroncelli
1947 Requins de Gibraltar (Les) Emile Edwin Reinert
1947 Jour de fête Jacques Tati
1947 Dédée d'Anvers Yves Allégret
1946 Cocu magnifique (Le) Émile-Georges de Meyst
1946 Maudits (Les) René Clément
1945 Belle et la bête (La) Jean Cocteau
1945 Sylvie et le fantôme Claude Autant-Lara
1943 Gaslight
Hantise
George Cukor
1943Madame Curie Mervyn LeRoy, Albert Lewin
1943 Mystères de Paris (Les) Jacques de Baroncelli
1942 Lumière d'été Jean Grémillon

Autres réalisations

1957Affiche de manifestation : Quinzaine du cinéma