Ciné-Ressources – Fiches personnalités

Georges Conchon

Scénariste, Dialoguiste, Auteur de l'oeuvre originale, Interprète


imprimer
Naissance
09 mai 1925 à Saint-Avit (Puy-de-Dôme, France)
Décès
29 juillet 1990 à Paris (France)
>> Rechercher "Georges Conchon" dans le catalogue Ciné-Ressources

Formation

Licencié de philosophie, Georges Conchon s'oriente vers la politique. Chef de division à l'assemblée de l'Union française entre 1952 et 1958, il devient en 1960 secrétaire des débats au Sénat jusqu'en 1980. Journaliste et romancier, il entame sa carrière de scénariste en 1967.

Carrière au cinéma

Homme de gauche, affublé du titre de scénariste quasi officiel du Parti socialiste par beaucoup, Georges Conchon est le scénariste de conviction par excellence. Il débute au cinéma en adaptant L'horizon mis en scène par Jacques Rouffio. Dans ce premier scénario, il s'attaque au problème de la désertion et de l'antimilitarisme. Vient ensuite le temps de la dénonciation de la mainmise bourgeoise dans le domaine de la médecine avec Sept morts sur ordonnance (1975) de Jacques Rouffio. Georges Conchon se révèle être un scénariste très adroit par la mise en lumière objective des dérives d'une idéologie. Avec La victoire en chantant (1976, Oscar du meilleur film étranger) réalisé par Jean-Jacques Annaud, le scénariste dénonce le colonialisme et l'esprit nationaliste, thèmes qu'il reprend pour illustrer la haine et le racisme dans L'état sauvage (1978) de Francis Girod. En 1978, Jacques Rouffio adapte un des romans de Conchon, Le sucre. Cette fois, sous forme de comédie, le scénariste démonte et dénonce les pratiques de spéculation. Restant dans le domaine des finances et des magouilles politiques, il écrit La banquière (1980) de Francis Girod. Avec Une affaire d'hommes (1981) de Nicolas Ribowski et Mon beau-frère a tué ma soeur (1985) de Jacques Rouffio, l'écrivain sort de ses grands sujets à thèse avant de repartir en guerre contre la bourgeoisie à travers le personnage de Lacenaire (1990) de Francis Girod.

Autres activités

Romancier, Georges Cochon est l'auteur de L'Etat sauvage qui obtient le prix Goncourt en 1964. On lui doit également L'Apprenti gaucher (1967), L'Amour en face (1972), Le Sucre (1977), Judith Therpauve (1978), Colette Stern (1987).
Pour la télévision, il signe le scénario de la série Châteauvallon.

Périodiques

  • Cinéma Français, n° 19, 1978
  • Ecran, n° 42, 15 décembre 1975
  • Film Français (Le), n° 1755, 2 février 1979
  • Film Français (Le), n° 2312, 24 août 1990
  • Image et Son, n° 331, septembre 1978

Longs métrages

en tant que : Scénariste

1966 Straniero (Lo)
L'Etranger
Luchino Visconti
1975 Il pleut sur Santiago Helvio Soto
1975 Sept morts sur ordonnance Jacques Rouffio
1976 Victoire en chantant = Noirs et Blancs en couleurs (La) Jean-Jacques Annaud
1977 État sauvage (L') Francis Girod
1978 Judith Therpauve Patrice Chéreau
1978 Sucre (Le) Jacques Rouffio
1980 Banquière (La) Francis Girod
1981 Une affaire d'hommes Nicolas Ribowski
1985 Mon beau-frère a tué ma soeur Jacques Rouffio
1990 Lacenaire Francis Girod

en tant que : Auteur de l'oeuvre originale

1966 Horizon (L') Jacques Rouffio
1977 État sauvage (L') Francis Girod
1978 Sucre (Le) Jacques Rouffio

en tant que : Adaptateur

1975 Sept morts sur ordonnance Jacques Rouffio

en tant que : Dialoguiste

1966 Horizon (L') Jacques Rouffio
1975 Sept morts sur ordonnance Jacques Rouffio
1976 Victoire en chantant = Noirs et Blancs en couleurs (La) Jean-Jacques Annaud
1978 Sucre (Le) Jacques Rouffio
1981 Une affaire d'hommes Nicolas Ribowski
1985 Mon beau-frère a tué ma soeur Jacques Rouffio

en tant que : Interprète

1966 Horizon (L') Jacques Rouffio
1980 Banquière (La) Francis Girod