Ciné-Ressources – Fiches personnalités

Georges Annenkov

Costumier


imprimer
Naissance
18 juillet 1889 à Pétropavlovsk (Kamtchatka, Russie)
Etat civil
Yuri Pavlovich Annenkov
Décès
12 juillet 1974 à Paris (France)
Liens familiaux
Georges Annenkov a été marié à la ballerine russe Elena Annenkova, sa muse pour la peinture et les maquettes de costumes.
>> Rechercher "Georges Annenkov" dans le catalogue Ciné-Ressources

Formation

Diplômé des Beaux-Arts de Petrograd, Georges Annenkov devient décorateur pour le théâtre à Petersbroug en 1913. Passionné de peinture, il signe les portraits de peintres, écrivains et hommes politiques russes d'avant 1917, année où il embrasse la cause révolutionnaire.
Artiste protéiforme, tour à tour peintre officiel de la révolution d'Octobre (portraitiste de Lénine et Trotski), décorateur, régisseur, Annenkov s'ouvre au constructivisme et participe en 1920 aux "spectacles de masse à ciel ouvert" : L'Hymne au Labeur affranchi et surtout La Prise du Palais d'hiver et ses 8000 acteurs.
Contraint à l'émigration par Staline, Annenkov s'établit définitivement en France en 1924, après un bref séjour en Allemagne. A Paris, il retrouve écrivains et dramaturges russes en exil pour lesquels il conçoit décors et costumes (La Dame de Pique, Le Revisor, L'Evénement).

Carrière au cinéma

Après un premier essai cinématographique en Allemagne (Faust - Eine deutsche Volkssage de Friedrich Wilhelm Murnau, 1926), Georges Annenkov, costumier de théâtre réputé, est appelé à collaborer aux productions de ses camarades d'exil : Alexis Granowsky (Les Nuits moscovites, 1934), Anatole Litvak (Mayerling, 1935), Fedor Ozep (Tarakanowa, 1937) et enfin Victor Tourjansky (Le Mensonge de Nina Petrovna, 1937 et Nostalgie, id.). En vingt-trois ans de carrière cinématographique, des Nuits moscovites à Montparnasse 19 (Jacques Becker, 1957), Georges Annenkov figure au générique de trente-cinq long métrages signés par les principaux réalisateurs de l'époque avec lesquels il collabore à plusieurs reprises : Georg Wilhelm Pabst (Mademoiselle Docteur, 1936 et Le Drame de Shangaï, 1938) ; Marcel L'Herbier qui partage avec lui un même engouement pour la stylisation (Nuits de feu, 1936 et L'Affaire du collier de la reine, 1945) ; Carmine Gallone (La Signora dalle camelie, 1947 ; La Leggenda di Faust, 1948 et Puccini, 1953) ; Jean Delannoy (Pontcarral, colonel d'Empire, 1942 ; L'Eternel retour, 1943 ; Le Bossu, 1944 et La Symphonie pastorale, 1946). Le travail d'Annenkov prend une toute autre dimension sous la direction de Max Ophuls (La Ronde, 1950 ; Le Plaisir, 1951 ; Madame de..., 1953 - qui lui vaut une nomination aux Oscars - ; et enfin Lola Montès, 1955). Réalisateur exigeant, Ophuls travaille en étroite collaboration avec Annenkov qui se voit consulter sur l'ensemble de l'élaboration des films, de la préparation à la réalisation finale.
Annenkov, qui a une haute estime pour son art, préfère l'appellation de "créateur de costumes" à celle de simple "costumier". Maîtrisant parfaitement un art qu'il considère complexe, à la jonction de plusieurs disciplines (telles la peinture, l'histoire du costume, la culture générale, la sociologie et la psychologie), Annenkov impose ainsi sa griffe sur les films d'époque de qualité. Artiste consciencieux, il habille chaque interprète, de la vedette aux figurants, avec une grande attention.
Par la qualité de son travail, Annenkov contribue à magnifier les jeunes vedettes de la période : Maria Casarès, en duchesse Sanseverina dans La Chartreuse de Parme (Christian-Jaque, 1947) ; Simone Signoret, en petite prostituée dans La Ronde ; Danielle Darrieux, en petite aristocrate de Mayerling ; Maria Mauban et sa somptueuse collection de robes dans Patrie (Louis Daquin, 1945), Jean Marais et son célèbre pull Jacquard dans L'Eternel retour.

Autres activités

Pour la littérature, Georges Annenkov illustre de nombreux livres pour des auteurs français ou russes ; à Berlin, en 1934, il publie sous le pseudonyme de B. Timiriazev un roman traduit en français sous le titre La Révolution derrière la porte (1994).
Tout au long de sa carrière cinématographique, il continue de travailler pour le théâtre (Le Gouffre en 1946), signant les costumes d'Apaches pour l'adaptation du roman de Francis Carco : Jésus la Caille, mis en scène par Pierre Valde en 1952.
En 1957, il retrouve Max Ophuls sur la scène du Théâtre National de Hambourg pour la pièce La Folle journée ou Le Mariage de Figaro.
George Annenkov avait pour projet de participer à une comédie musicale à Broadway, inspirée d'une nouvelle de Guy de Maupassant (La Maison Tellier), mise en musique par Dimitri Tiomkin (organisateur, sous le nom de Dimitri Temkine, des spectacles de masse de Petersbourg).

Ouvrages

  • En habillant les vedettes / Georges Annenkov. - [S.l.] : R. Marin, 1951
  • En habillant les vedettes / Georges Annenkov; préf. d'Anne Wiazemsky. - Paris : Quai Voltaire, 1994
  • Max Ophüls / Georges Annenkov ; [av.-prop. de Max Ophüls]. - Paris : E. Losfeld : Le Terrain Vague, 1962

Périodiques

  • Avant-Scène Cinéma (L'), n° 88, janvier 1969. "Georges Annenkov"
  • Cinéma 57, n° 18, mai 1957. Georges Annenkov, "Max Ophuls"
  • Cinéma 74, n° 193, décembre 1974. "Georges Annenkov"
  • Ecran Français (L'), n° 36, 6 mars 1946. Georges Annenkov, "L'Art a ses raisons que la technique ne connaît pas"
  • Ecran Français (L'), n° 81, 14 janvier 1947. George Annenkov, "Le créateur de costume est un portraitiste"
  • Ecran, n° 29, octobre 1974. Claude Beylie, "Georges Annenkov"
  • Films et Documents, n° 212, juillet 1965. André Berruer; Lucien Patry, "Rencontre avec Georges Annenkov : Ses trésors... (Entretien)"
  • Technicien du Film (Le), n° 218, 15 septembre 1974. "Georges Annenkov"
  • Technique cinématographique (La), n° 245, septembre 1963. René Tabes, "Rencontre avec un créateur de costume"

Liens Internet

Longs métrages

en tant que : Costumier

1926 Faust - Eine deutsche Volkssage
Faust
F.W. Murnau
1934 Nuits moscovites (Les) Alexis Granowsky
1935 Mayerling Anatole Litvak
1936 Mademoiselle Docteur = Salonique, nid d'espions Georg Wilhelm Pabst
1936 Nuits de feu Marcel L'Herbier
1937 Mensonge de Nina Petrovna (Le) Victor Tourjansky
1937 Nostalgie Victor Tourjansky
1937 Tarakanowa Fedor Ozep
1938 Drame de Shangaï (Le) Georg Wilhelm Pabst
1938 Louise Abel Gance
1939 Cavalcade d'amour Raymond Bernard
1941 Duchesse de Langeais (La) Jacques de Baroncelli
1942 Pontcarral, colonel d'Empire Jean Delannoy
1943 Eternel retour (L') Jean Delannoy
1944 Bossu (Le) Jean Delannoy
1945 Affaire du collier de la reine (L') Marcel L'Herbier
1945 Patrie Louis Daquin
1945 Père Serge (Le) Lucien Gasnier-Raymond
1946 Colère des dieux (La) Carl Lamac
1946 Symphonie pastorale (La) Jean Delannoy
1947 Chartreuse de Parme (La) Christian-Jaque
1947Signora dalle camelie (La)
Traviata
Carmine Gallone
1948Leggenda di Faust (La)
Satan conduit le bal
Carmine Gallone
1949 Lady Paname Henri Jeanson
1949 Valse brillante (La) Jean Boyer
1950 Ronde (La) Max Ophuls
1951 Plaisir (Le) Max Ophuls
1952Puccini
Puccini = Puccini, une vie d'amour
Carmine Gallone
1953 Castiglione (La) Georges Combret
1953 Grand jeu (Le) Robert Siodmak
1953 Madame de... Max Ophuls
1953 Raspoutine Georges Combret
1954Due orfanelle (Le)
Les Deux orphelines
Giacomo Gentilomo
1954Tre ladri (I)
Les Trois voleurs
Lionello De Felice
1955 Lola Montès Max Ophuls
1957 Montparnasse 19 = Les Amants de Montparnasse Jacques Becker