Ciné-Ressources – Fiches personnalités

Claude Sautet

Réalisateur, Assistant réalisateur, Scénariste, Dialoguiste, Adaptateur


imprimer
Naissance
23 février 1924 à Montrouge (Hauts-de-Seine, France)
Décès
22 juillet 2000 à Paris (France)
>> Rechercher "Claude Sautet" dans le catalogue Ciné-Ressources

Formation

Dès son enfance, une grand-mère cinéphile transmet à Claude Sautet la passion du cinéma.
Après un passage à l'École des Arts Décoratifs en section sculpture, il entre à l'IDHEC, dont il est diplômé en 1949. Il réalise l'année suivante son unique court métrage, Nous n'irons plus au bois, contenant déjà la figure du trio amoureux, qui connaîtra dans son oeuvre de multiples variations. Durant les années 1950, Claude Sautet est assistant-réalisateur sur des long métrages, parmi lesquels Le Dos au mur d'Édouard Molinaro (1957) ou Les Yeux sans visage de Georges Franju (1959). Mais c'est par son talent de scénariste qu'il se fait connaître dans la profession. Claude Sautet devient selon l'expression de François Truffaut un " ressemeleur de scénarios ", appelé pour réécrire des scénarios en difficulté, dont il sait repérer les failles ou étoffer les personnages.

Carrière au cinéma

Souvent qualifié de cinéaste-sociologue de la petite et moyenne bourgeoisie française des années 1970, Claude Sautet est avant tout un peintre des passions humaines.
En 1958, Lino Ventura, avec qui Claude Sautet nouera une profonde amitié, le convainc de passer à la réalisation en adaptant un roman de José Giovanni, Classe tous risques, dont il tiendra le rôle principal. Dans ce polar à la française, nourri de la grammaire formelle des films noirs américains, l'acteur incarne avec son intensité physique particulière un ancien caïd aux abois, au verbe rare et à la sentimentalité fruste. Malgré la qualité de sa mise en scène, le film n'a pas de succès. Les deux hommes se retrouvent en 1964 pour un deuxième long métrage, L'Arme à gauche, un film d'aventure que Sautet conçoit plus comme un exercice de style. Nouvel échec commercial. Claude Sautet, craignant de s'enfermer dans le cinéma d'action, abandonne les tournages et revient à son premier métier d'arrangeur de scénarios.
Mais en 1969, une nouvelle rencontre va décider de son retour à la réalisation : Jean-Loup Dabadie, alors journaliste, lui soumet pour avis un scénario qu'il a écrit d'après un roman de Paul Guimard, Les Choses de la vie. Cette lecture enthousiasme Claude Sautet. En effet, la trame de l'histoire recoupe un projet auquel il pensait depuis longtemps : un homme hésitant entre deux femmes (et entre deux vies). Il décide de terminer l'écriture avec Jean-Loup Dabadie et de réaliser lui-même le film. Ce sera un triomphe. Structuré autour de la fameuse séquence de l'accident de voiture de Michel Piccoli (véritable défi cinématographique, elle comporte 66 plans), le récit prend la forme d'une association libre entre l'inconscient et l'imaginaire du personnage qui est entre la vie et la mort. On a souvent comparé cette construction, fondée sur des flah-backs, à une partition musicale, avec son tempo et ses ruptures de ton. Claude Sautet était en effet un grand amateur de musique classique et de jazz. Pour incarner le couple au centre de l'histoire, le cinéaste choisit deux acteurs qui lui seront longtemps fidèles : Michel Piccoli, son double cinématographique, et Romy Schneider, dans laquelle il voit une femme à la fois rayonnante et meurtrie, loin de ses rôles habituels. Les Choses de la vie ouvre la grande décennie des années 1970 et inaugure une longue complicité avec le compositeur Philippe Sarde et le scénariste Jean-Loup Dabadie.
Sautet fait appel au même duo de comédiens l'année suivante pour Max et les ferrailleurs, autre très grand succès, d'après un roman de Claude Néron. Dans ce film d'une grande noirceur, il explore les mécanismes du pouvoir et de la manipulation, emmenant ses acteurs vers des registres inconnus. En 1972, il inverse le triangle amoureux des Choses de la vie dans César et Rosalie. Romy Schneider est lumineuse dans cette histoire d'une femme hésitant entre deux hommes, tandis qu'Yves Montand incarne un personnage hâbleur et pathétique auquel Sami Frey, doux et discret, offre un parfait contrepoint. Sautet, grand directeur d'acteurs, excelle à révéler au fil de ses films de nouvelles facettes de la personnalité d'acteurs déjà confirmés. En 1974, Vincent, François, Paul et les autres, encore d'après un livre de Claude Néron, est un portrait de groupe. S'attachant à quatre personnages, quatre amis quinquagénaires installés dans la vie, mais en proie au doute, le réalisateur parle avec humour et gravité de la difficulté existentielle, de l'angoisse de vieillir, de l'érosion des sentiments. Il réussit une délicate alchimie entre les trajectoires d'une poignée de personnages et un contexte social clairement délimité, celui des Trente Glorieuses. Car le cinéma de Sautet décrit toujours des personnages intégrés dans des milieux sociaux et professionnels bien définis, dépeints avec justesse. En 1976, vient Mado, co-écrit avec Claude Néron, film que le cinéaste qualifie de fresque noire. La désillusion, le sentiment d'égarement de l'individu dans la société semble y être à son comble, et la faillite du coeur fait écho à la crise sociale. Avec Une histoire simple (1978), Sautet offre à son actrice fétiche, Romy Schneider, un rôle taillé sur mesure, celui d'une femme libre qui choisit son destin. Un mauvais fils (1980), co-écrit avec Daniel Biasini et Jean-Paul Torok, est un face à face douloureux entre un père, ouvrier dur et intransigeant, et son fils, nerveux et fragile, sorti de prison et de retour au domicile familial. Le contraste entre le jeu sobre d'Yves Robert et la tension expressive de Patrick Dewaere donne au film sa grande densité.
Après Garçon ! (1983), qu'il considère comme raté, Claude Sautet connait une période de remise en question. Conscient d'une sorte de décrochage de son cinéma par rapport à l'air du temps, d'un essoufflement de son inspiration, il ne va pas tourner pendant quatre ans. Cette crise donne naissance à une autre période de son oeuvre, qui voit son style s'épurer, se dépouiller, aller vers plus d'abstraction. Un film marque ce renouveau : Quelques jours avec moi (1987), pour lequel Sautet s'entoure de nouveaux scénaristes (Jacques Fieschi et Jérôme Tonnerre) et de nouveaux comédiens (Daniel Auteuil et Sandrine Bonnaire dans les rôles principaux). Entre drame et comédie grinçante, Auteuil incarne un personnage lunaire qui, par amour pour une femme, quitte son indifférence au monde. Avec Un coeur en hiver (1991), Claude Sautet met en scène Emmanuelle Béart et encore Daniel Auteuil, dans le rôle encore plus retenu d'un homme comme retiré en lui-même. Son dernier long-métrage, Nelly et Monsieur Arnaud, en 1994, est une épure bouleversante, un film éminemment personnel. Dans le personnage joué par Michel Serrault, qui camoufle son désespoir derrière le masque d'un nihilisme distingué, difficile de ne pas reconnaître le cinéaste lui-même.

Autres activités

Parallèlement à sa carrière de réalisateur, Claude Sautet est ponctuellement sollicité par d'autres réalisateurs, notamment Philippe De Broca, Yves Boisset ou Bertrand Tavernier pour développer et restructurer des scénarios.
Il est vice-président de la Commission "cinéma" de la SACD (Société des Auteurs), de 1986 à 1991.
Il préside le Jury du Prix Simone-Genevois (récompensant des livres écrits sur le cinéma) de 1988 à 2000.


Prix

  • Prix pour l'ensemble de la carrière, 1997 au Festival International du Film (Istanbul)
  • Meilleur réalisateur, 1996 au Césars du Cinéma Français pour le film : Nelly et Monsieur Arnaud
  • Meilleur réalisateur, 1993 au Césars du Cinéma Français pour le film : Un coeur en hiver

Ouvrages

  • Claude Sautet / Sandra Marti. - Rome : Gremese, 2004
  • Claude Sautet : les choses de sa vie / Gérard Langlois. - Paris : NM7, 2002
  • Conversations avec Claude Sautet / Michel Boujut, Claude Sautet. - Lyon : Institut Lumière ; Arles : Actes-Sud, 2001
  • De clap en clap : une vie de cinéma : récit / Jean-Claude Sussfeld. - Paris : l'Harmattan, 2011
  • Le cinéma de Claude Sautet / Joseph Korkmaz. - Paris : Lherminier, 1985
  • Le monde mélancolique de Claude Sautet / Nathalie Baldi. - Lille : ANRT, 2001
  • Les films de Claude Sautet / Jacques Layani. - Paris : Séguier, 2005
  • Sautet par Sautet / N.T. Binh, Dominique Rabourdin avec la collaboration de Renaud Bezombes. - Paris : Ed. de La Martinière, 2005

Périodiques

  • Avant-Scène Cinéma (L'), n° 153, décembre 1974. François Truffaut, "Claude Sautet, c'est la vitalité"
  • Avant-Scène Cinéma (L'), n° 319 - 320, janvier 1984
  • Avant-Scène Cinéma (L'), n° 453, juin 1996. Danielle Dumas, "L'intelligence du coeur"
  • Avant-Scène Cinéma (L'), n° 458, janvier 1997. Alain Masson, "L'insouciance et la fidélité"
  • Bianco e Nero, LXVI, n° 553, septembre-décembre 2005. Ilaria Conconi, "Max, Martial, Stéphane et les autres"
  • Cahiers de la Cinémathèque (Les), printemps - été 1978. François Guérif, "Claude Sautet"
  • Cahiers du Cinéma (Les), n° 371 / 372, mai 1985. Danièle Dubroux ; Marc Chevrie ; Serge Le Péron ; Florence Mauro, "Le scénario au risque de la mise en scène"
  • Cahiers du Cinéma (Les), n° 549, septembre 2000. Thierry Jousse, "Les secrets de Sautet"
  • Cinéma d'Aujourd'hui, n° 10, 1976. Gérard Langlois, "Entretien avec Claude Sautet"
  • Cinéma, n° 146, mai 1970
  • CinémAction, n° 108, juin 2003. Gérard Langlois, "Le repas chez Sautet"
  • CinémAction, n° 115, mars 2005. Antony Fiant, "L'utopie enfouie des trois derniers films de Claude Sautet"
  • Cinématographe, n° 42, décembre 1978. Michel Devillers, "Claude Sautet"
  • Cinématographe, n° 85, janvier 1983. Didier Goldschmidt, "Entretien avec Claude Sautet"
  • Ecran, n° 10, décembre 1972
  • Filmcritica, XLII, n° 411- 412, janvier-février 1991. Lucilla Albano, "Conversazione con Claude Sautet"
  • Films in Review, XLIV, n° 7-8, juillet - août 1993. Louise Tanner, "Music is my number one passion"
  • Jeune Cinéma, n° 255, mai - juin 1999. Sandra Marti, "De l'adaptabilité chez Claude Sautet"
  • Jeune Cinéma, n° 264, octobre 2000. Sandra Marti, "Claude Sautet (1924-2000)"
  • Positif, n° 115, avril 1970. Michel Ciment ; Gérard Legrand, "Entretien avec Claude Sautet, à propos des "Choses de la vie"
  • Positif, n° 163, novembre 1974. Michel Ciment ; Michael Henry, "Entretien avec Claude Sautet, à propos de "Vincent, François, Paul et les autres"
  • Positif, n° 214, janvier 1979. Michel Ciment ; Gérard Legrand ; Michael Henry ; Michel Sineux, "Entretien avec Claude Sautet, à propos d'"Une histoire simple"
  • Positif, n° 274, décembre 1983. Isabelle Jordan ; Gérard Legrand, "Entretien avec Claude Sautet, à propos de "Garçon !"
  • Positif, n° 331, septembre 1988. Yves Alix ; Gilles Ciment ; Michel Sineux, "Entretien avec Claude Sautet, à propos de "Quelques jours avec moi"
  • Positif, n° 379, septembre 1992. Michel Sineux ; Yann Tobin, "Entretien avec Claude Sautet, à propos d'"Un coeur en hiver"
  • Positif, n° 416, octobre 1995. Michel Sineux. "Claude Sautet". Michel Sineux, "Entretien avec Claude Sautet, à propos de "Nelly et M. Arnaud"
  • Positif, n° 475, septembre 2000. Michel Ciment, "Claude Sautet (1924-2000) "
  • Positif, n° 485-486, juillet-août 2001. "Spécial Claude Sautet"
  • Positif, n° 539, janvier 2006. Claude Sautet, "Jazz et musique symphonique"
  • Positif, n° 636, février 2014. Raphaël Sergeant, "Notes sur les films de Claude Sautet"
  • Présence du Cinéma, n° 12, mars- avril 1962. Jean Curtelin ; Michel Mourlet, "Entretien avec Claude Sautet"
  • Présence du Cinéma, n° 12, mars-avril 1962. "Claude Sautet", Témoignages de Michel Aubriant, Jacques Doniol-Valcroze, Jean-Pierre Melville, Michel Mourlet et Lino Ventura
  • Revue du cinéma (La) - Image et Son, n° 290, novembre 1974. Guy Allombert, "Entretien avec Claude Sautet"
  • Revue du cinéma (La) - Image et Son, n° 355, novembre 1980. Chantal de Béchade, "Entretien avec Claude Sautet"
  • Revue du Cinéma (La), n° 389, décembre 1983. Chantal de Béchade, "Claude Sautet"
  • Synopsis n° 17, janvier-février 2002. Michel Boujut, "Mieux vaut tartare que jamais"
  • Synopsis n° 29, janvier-février 2004. N.T. Binh, "Claude Sautet ou la magie invisible"
  • Télérama, n° 2323, 20 juillet 1994. Jean-Luc Douin, "Histoires pas si simples"

Liens Internet

Courts métrages

en tant que : Réalisateur

1950 Nous n'irons plus au bois Claude Sautet

en tant que : Assistant réalisateur

1953 Huitième art et la manière (Le) Maurice Régamey

en tant que : Scénariste

1950 Nous n'irons plus au bois Claude Sautet

Longs métrages

en tant que : Réalisateur

1955 Bonjour sourire Claude Sautet
1959 Classe tous risques Claude Sautet
1964 Arme à gauche (L') Claude Sautet
1969 Choses de la vie (Les) Claude Sautet
1970 Max et les ferrailleurs Claude Sautet
1972 César et Rosalie Claude Sautet
1974 Vincent, François, Paul et les autres Claude Sautet
1976 Mado Claude Sautet
1978 Une histoire simple Claude Sautet
1980 Un mauvais fils Claude Sautet
1983 Garçon ! Claude Sautet
1987 Quelques jours avec moi Claude Sautet
1991 Un coeur en hiver Claude Sautet
1994 Nelly et Monsieur Arnaud Claude Sautet

en tant que : Assistant réalisateur

1950 Mariage de Mademoiselle Beulemans (Le) André Cerf
1951 Crime du bouif (Le) André Cerf
1951 Paris chante toujours Pierre Montazel
1953 Hommes ne pensent qu'à ça (Les) Yves Robert
1953 Révoltés de Lomanach (Les) Richard Pottier
1954 Fils de Caroline chérie (Le) Jean Devaivre
1955 Bande à papa (La) Guy Lefranc
1956 Action immédiate Maurice Labro
1956 Fernand cow-boy Guy Lefranc
1956 Truands (Les) Carlo Rim
1957 Ce joli monde Carlo Rim
1957 Dos au mur (Le) Edouard Molinaro
1957 Ni vu, ni connu = L'affaire Blaireau Yves Robert
1958 Fauve est lâché (Le) Maurice Labro
1959 Yeux sans visage (Les) Georges Franju

en tant que : Scénariste

1958 Fauve est lâché (Le) Maurice Labro
1959 Classe tous risques Claude Sautet
1959 Yeux sans visage (Les) Georges Franju
1963 Peau de banane Marcel Ophuls
1963 Symphonie pour un massacre Jacques Deray
1964 Age ingrat (L') Gilles Grangier
1964 Arme à gauche (L') Claude Sautet
1964 Echappement libre Jean Becker
1964 Monsieur Jean-Paul Le Chanois
1965 Vie de château (La) Jean-Paul Rappeneau
1967 Mise à sac Alain Cavalier
1969 Borsalino Jacques Deray
1969 Choses de la vie (Les) Claude Sautet
1970 Max et les ferrailleurs Claude Sautet
1972 César et Rosalie Claude Sautet
1974 Vincent, François, Paul et les autres Claude Sautet
1976 Mado Claude Sautet
1978 Une histoire simple Claude Sautet
1980 Un mauvais fils Claude Sautet
1983 Garçon ! Claude Sautet
1987 Quelques jours avec moi Claude Sautet
1988 Mon ami le traître José Giovanni
1991 Un coeur en hiver Claude Sautet
1994 Nelly et Monsieur Arnaud Claude Sautet

en tant que : Collaborateur scénaristique

1968 Diable par la queue (Le) Philippe de Broca

en tant que : Auteur de l'oeuvre originale

1964 Arme à gauche (L') Claude Sautet
1993 Intersection Mark Rydell

en tant que : Adaptateur

1958 Fauve est lâché (Le) Maurice Labro
1968 Sous le signe du taureau Gilles Grangier
1970 Mariés de l'an II (Les) Jean-Paul Rappeneau

en tant que : Dialoguiste

1960 Colère froide André Haguet
1963 Peau de banane Marcel Ophuls
1963 Symphonie pour un massacre Jacques Deray
1964 Arme à gauche (L') Claude Sautet
1967 Mise à sac Alain Cavalier
1969 Borsalino Jacques Deray
1970 Max et les ferrailleurs Claude Sautet
1974 Vincent, François, Paul et les autres Claude Sautet
1976 Mado Claude Sautet
1980 Un mauvais fils Claude Sautet
1987 Quelques jours avec moi Claude Sautet
1991 Un coeur en hiver Claude Sautet
1994 Nelly et Monsieur Arnaud Claude Sautet