Ciné-Ressources – Fiches personnalités

Ming-liang Tsai


imprimer
Naissance
27 octobre 1957 à Kuching (Malaisie)
>> Rechercher "Ming-liang Tsai" dans le catalogue Ciné-Ressources

Formation

Elevé par des grands-parents cinéphiles, Tsai Ming-liang part suivre des études d'art dramatique et de cinéma à l'Université de la Culture Chinoise, à Taipei. Formé à la dramaturgie ainsi qu'à la mise en scène, il poursuit son apprentissage dans une société de production télévisuelle, où il commence à écrire des scénarios. Parallèlement à son activité théâtrale, il dirige plusieurs téléfilms, dont les très remarqués Tous les coins du monde (1989) et Les garçons (1991). C'est sur ce dernier tournage qu'il fait la rencontre de son acteur fétiche, Lee Kang-sheng.

Carrière au cinéma

Figure de proue du cinéma taïwanais, le cinéaste Tsai Ming-liang déploie, depuis 1992, un univers singulier et remarquable, empreint de solitude, d’incommunicabilité et de désir.
Bien plus qu’un premier film, Rebels of the Neon God représente une véritable profession de foi. Tous les ingrédients esthétiques et discursifs sont en effet en germe : longs plans-séquences, vision frontale, hors champs signifiants, narration interstitielle... C’est aussi l’émergence de son personnage pivot et récurrent, Hsiao Kang, sorte d’ « Antoine Doinel », que l’acteur Lee Kang-sheng façonnera au gré de l’oeuvre du cinéaste.
Tsai Ming-liang affirme son style, souvent qualifié par la critique de « néo-antonionesque », dans Vive l’amour (1994) et La Rivière (1997). A la manière d’un entomologiste, le réalisateur capture ses personnages dans de longs plans fixes et les observe dans leur recherche éperdue de l’amour. Ces deux opus remportent respectivement le Lion d’Or à Venise et l’Ours d’Argent à Berlin, propulsant Tsai Ming-liang sur la scène internationale.
Celui pour qui le cinéma n’est pas un spectacle mais bien un art de l’observation, pointe dans The Hole (1998) l’absurdité de la condition humaine. Sur fond d’Apocalypse, de déluge, et aux confins du fantastique, Tsai Ming-liang filme en champ contre-champ vertical deux survivants qui communiquent via un trou dans le plancher pour l’un, et du plafond pour l’autre. Le film est nommé pour la Palme d'Or à Cannes.
En 2001, le réalisateur met un pied en France avec Et là-bas, quelle heure est-il ?. Distordant la thématique du temps qui passe, de l’attente, de l’amour, et du deuil, sur deux continents, Tsai Ming-liang rend hommage au cinéma de la Nouvelle Vague. Hommage encore au cinéma, de son enfance cette fois, avec Good bye, Dragon Inn (2003), et la dernière séance d’un cinéma de quartier qui ferme définitivement ses portes.
En 2005, Tsai Ming-liang signe une comédie musicale « érotique » et burlesque, qui le démarque de ses précédentes oeuvres : La Saveur de la Pastèque. Le film est jugé scandaleux et le réalisateur quitte Taïpei.
I don’t want to sleep alone (2006) est le premier film qu’il tourne en Malaisie. Le réalisateur y revisite les thématiques qui le singularisent : la solitude, le désir, l’eau...
En 2009, le Musée du Louvre donne carte blanche au cinéaste pour réaliser un film dans ses murs. Visage est une mise en abyme, un film dans le film sur le mythe de Salomé, qui réunit les égéries de François Truffaut (Jeanne Moreau, Nathalie Baye et Fanny Ardant) autour de Jean-Pierre Léaud et Laetitia Casta.
Avec Les Chiens errants, Grand Prix du Jury de la Mostra de Venise en 2013, Tsai Ming-liang va encore plus loin dans l’épure et signe sans doute son film le plus radical.

Autres activités

Tsai Ming-liang se fait connaître dans les années 1980 comme l'un des principaux dramaturges de sa génération. Il met principalement en scène ses propres oeuvres : Instant Bean Sauce Noodle (1981), A sealed Door in the dark (1982), Wardrobe in the room (1983), Apartment romance (1984), Hsiao-Kang and a Table (1998)...
Tsai Ming-liang participe également à des installations vidéo pour le Jin Men Bunker Museum en 2004, Hua Diao et à la Biennale du National Palace Museum de Venise en 2007 pour It's a dream.

Courts métrages

en tant que : Réalisateur

1991Xiao Hai [TV] Ming-liang Tsai
2002Passerelle disparue (La) Ming-liang Tsai
2002Pont n'est plus là (Le) Ming-liang Tsai
2009Madam Butterfly Ming-liang Tsai
2012Walker Ming-liang Tsai
2013Voyage en Occident (Le) Ming-liang Tsai

Longs métrages

en tant que : Réalisateur

1989All the corners of the world [TV] Ming-liang Tsai
1991Give me a home [TV] Ming-liang Tsai
1992 Rebels of the Neon God
Les Rebelles du Dieu Néon
Ming-liang Tsai
1994 Aiqing wansui
Vive l'amour
Ming-liang Tsai
1995My New Friends [TV] Ming-liang Tsai
1996 He liu
La Rivière
Ming-liang Tsai
1997Dernière danse [TV] (La) Ming-liang Tsai
1997 Hole (The) Ming-liang Tsai
2000 Ni neibian jidian
Et là-bas, quelle heure est-il ?
Ming-liang Tsai
2003 Bu san
Good bye dragon inn
Ming-liang Tsai
2004Bem-vindo a São Paulo Phillip Noyce, Mika Kaurismäki, Jim McBride, [etc.]
2004 Tian bian yi duo yun
La Saveur de la pastèque
Ming-liang Tsai
2006 Chacun son cinéma Theo Angelopoulos, Bille August, Olivier Assayas, [etc.]
2006Chacun son cinéma : C'est un rêve Ming-liang Tsai
2006 Hei yan quan
I don't want to sleep alone
Ming-liang Tsai
2008 Visage Ming-liang Tsai
2011Beautiful 2012 Changwei Gu, Ann Hui, Tae-hyeon Kim, [etc.]
2013Jiao you
Les Chiens errants
Ming-liang Tsai

en tant que : Scénariste

1992 Rebels of the Neon God
Les Rebelles du Dieu Néon
Ming-liang Tsai
1994 Aiqing wansui
Vive l'amour
Ming-liang Tsai
1996 He liu
La Rivière
Ming-liang Tsai
1997 Hole (The) Ming-liang Tsai
2000 Ni neibian jidian
Et là-bas, quelle heure est-il ?
Ming-liang Tsai
2003 Bu san
Good bye dragon inn
Ming-liang Tsai
2004 Tian bian yi duo yun
La Saveur de la pastèque
Ming-liang Tsai
2006 Hei yan quan
I don't want to sleep alone
Ming-liang Tsai

en tant que : Producteur

2014 Underground Fragrance
Beijing Stories
Pengfei

en tant que : Interprète

2001 Léaud l'unique Serge Le Péron