Ciné-Ressources – Fiches personnalités

Florelle

Interprète


imprimer
Naissance
09 août 1898 à Les-Sables-d'Olonne (Vendée, France)
Etat civil
Odette Elisa Joséphine Rousseau
Décès
01 octobre 1974 à La Roche-sur-Yon (Vendée, France)
>> Rechercher "Florelle" dans le catalogue Ciné-Ressources

Formation

Fille d'une caissière de café-concert, Florelle grandit dans l'atmosphère folle de Montmartre. Enfant, elle apparaît dans une courte scène précédant l'entrée de Raimu dans Le Marseillais et la parigote. Son don pour le chant l'amène plus tard à se produire d'abord à Montmartre, puis en Europe centrale. Vedette de revue, elle devient l'une des reines de Paris et fait le tour du monde.

Carrière au cinéma

Avec sa frimousse blonde et piquante, avec sa voix de music-hall aux merveilleuses sonorités faubouriennes, Florelle a l'énergie de son innocence. Mais face aux vamps du cinéma muet, elle n'est que la Parigote qui n'a guère de chance de percer. Son jour de gloire arrive pourtant. En 1923, elle tourne avec Maurice Chevalier deux comiques d'Henri Diamant-Berger, Jim Bougue boxeur et L'Affaire de la rue de Lourcine. Puis partie rejoindre Henri Garat à Berlin, elle rencontre Georg Wilhelm Pabst qui l'engage après un bout d'essai pour L'Opéra de quat'sous (1930) à la place de Madeleine Renaud d'abord pressentie pour le rôle. Et pour cause : non seulement Florelle chante à ravir les airs de Kurt Weil, mais elle illumine d'une incroyable présence un opéra. L'actrice devient une vedette. Encore dans un film de Pabst, L'Atlandide (1932), elle exécute un inoubliable cancan. Vive, fraîche et insouciante, elle participe à une collection de films à l'image de sa bonne humeur (Ma tante d'Honfleur, 1931, d'Henri Diamant-Berger ; Mariage à responsabilité limitée, 1933, de Jean de Limur) et à des comédies musicales sorties tout droit de l'univers d'Albert Willemetz (Gagne ta vie, 1931, de Berthomieu ; Les Surprises du sleeping, 1933, de Karel Anton). Mais Florelle possède également une grande intensité dramatique. Petite femme de rien, vouée au sacrifice (Autour d'une enquête, 1931, d'Henri Chomette et Robert Siodmak), elle s'enlaidit pour devenir Fantine, prise au piège de ses erreurs dans Les Misérables (1933) de Raymond Bernard, une des meilleures adaptations de l'oeuvre de Victor Hugo. Enfin, elle incarne Valentine, la petite blanchisseuse qui, animée du courage de l'amour, sauve la vie de son homme (Le Crime de M. Lange, 1935, de Jean Renoir) et s'enfuit à sa suite. Amants et voleurs (1935) de Raymond Bernard la retrouve au côté d'Arletty en femme pétillante, tapageuse et ingénue, très proche de La Dame de chez Maxim's (1931) d'Alexandre Korda. Mais Florelle, à force d'être sollicitée, gâche son talent dans un tourbillon de rôles insipides. Sixième étage (1939) de Maurice Cloche achevé, elle connaît progressivement la disgrâce auprès des studios. Après un Maigret de Richard Pottier (Les Caves du Majestic, 1944), elle part pour l'Afrique du Nord. A la suite d'une brève éclipse, elle revient à l'écran, mais désormais pour des apparitions éphémères qui la relèguent à l'arrière-plan (Oasis, 1954, d'Yves Allégret). Gervaise (1955) de René Clément, son dernier film avant une retraite définitive, témoigne pourtant de son talent demeuré intact.

Autres activités

Oubliée par le cinéma vers 1940, Florelle tient un bar à Montmartre.
Elle se distingue au théâtre, fait des tours de chant dans des cabarets, notamment à La Pie qui chante, et double régulièrement Mistinguett au Casino de Paris, passe dans des music-halls comme Le Moulin-Rouge ou L'Empire.

Ouvrages

  • Florelle : [Musée de l'Abbaye Sainte-Croix] : du 11 avril au 6 juin 1987 [Biographie], Olonne sur Mer : [Impr. Sitol-Guibert], 1987 . .

Périodiques

  • Cinéma, n° 192, novembre 1974
  • Ecran, n° 31, décembre 1974
  • Technicien du Film (Le), n° 219, 15 octobre 1974

Courts métrages

en tant que : Interprète

1923 Accordeur (L') Henri Diamant-Berger
1923 Affaire de la rue de Lourcine (L') Henri Diamant-Berger
1923Jim Bougne, boxeur Henri Diamant-Berger
1933Mimosa Bar Jacques de Casembroot

Longs métrages

en tant que : Interprète

1912Masque d'horreur (Le) Abel Gance
1922 Gonzague Henri Diamant-Berger
1930 Faubourg Montmartre Raymond Bernard
1930 Mon coeur incognito Manfred Noa, André-Paul Antoine
1930 Poignard malais (Le) Roger Goupillières
1930 Procureur Hallers (Le) Robert Wiene
1930 Professor de mi mujer (El) Robert Florey
1931 Atout coeur Henry Roussell
1931 Autour d'une enquête Robert Siodmak, Henri Chomette
1931 Dame de chez Maxim's (La) Alexander Korda
1931 Gagne ta vie André Berthomieu
1931 Joker (Le) Erich Waschneck
1931 Ma tante d'Honfleur D.B. Maurice
1931 Monsieur, Madame et Bibi Max Neufeld, Jean Boyer
1931 Nuits de Venise Robert Wiene, Pierre Billon
1931 Tumultes Robert Siodmak
1931 Vacances Robert Boudrioz
1932 Atlantide (L') Georg Wilhelm Pabst
1932 Femme nue (La) Jean-Paul Paulin
1932 Fils improvisé (Le) René Guissart
1932 Merveilleuse journée (La) Yves Mirande, Robert Wyler
1932 Passionnément René Guissart, Louis Mercanton
1933 Dernière nuit (La) Jacques de Casembroot
1933 Deux canards (Les) Erich Schmidt
1933 Grand bluff (Le) Maurice Champreux
1933 Liliom Fritz Lang
1933 Mariage à responsabilité limitée Jean de Limur
1933 Misérables (Les) Raymond Bernard
1933 Surprises du sleeping (Les) Karl Anton
1934 Sidonie Panache Henry Wulschleger
1935 Amants et voleurs Raymond Bernard
1935 Crime de Monsieur Lange (Le) Jean Renoir
1935 Dieux s'amusent (Les) Reinhold Schünzel, Albert Valentin
1935 Marmaille (La) Dominique Bernard-Deschamps
1935 Une nuit de noces Maurice Kéroul, Georges Monca
1936 Gigolette Yvan Noé
1937Anges noirs (Les) Willy Rozier
1937 Un meurtre a été commis Claude Orval
1938 Clodoche Raymond Lamy, Claude Orval
1939 Sixième étage Maurice Cloche
1944 Caves du Majestic (Les) Richard Pottier
1951 Trois femmes André Michel
1954 Oasis Yves Allégret
1955 Gervaise René Clément
1956 Sang à la tête (Le) Gilles Grangier