Ciné-Ressources – Fiches personnalités

Michèle Laroque

Interprète, Scénariste


imprimer
Naissance
15 juin 1960 à Nice (Alpes-Maritimes, France)
>> Rechercher "Michèle Laroque" dans le catalogue Ciné-Ressources

Formation

Fille d'une ancienne danseuse de ballets roumains et d'un industriel niçois, Michèle Laroque se forme très tôt à la musique, au chant, à la danse ainsi qu'à divers sports. A dix-neuf ans, étudiante en sciences économiques et en anglais, elle est victime d'un accident de voiture très grave. Incapable de marcher pendant de nombreux mois, elle réalise que sa véritable vocation est de devenir comédienne. Elle suit alors des cours de théâtre avec Julien Bertheau et Françoise Seigner à Nice. Puis, une bourse en poche, elle se rend aux Etats-Unis pour y recevoir l'enseignement de Richard Runkel. Elle fait ses débuts à la télévision avec l'émission comique de France 3, La Classe (1988) et apparaît dans diverses séries et émissions populaires : Vivement lundi (1988), Tribunal (1989), Imogène (1990), La Télé des Inconnus (1990)...

Carrière au cinéma

Blonde, élégante, distinguée... Michèle Laroque a réussi à échapper aux emplois de bourgeoises qui semblaient lui être destinés pour devenir une comédienne populaire au registre très large. Après des premiers pas cinématographiques discrets dans Suivez cet avion (Patrice Amblard, 1989), on commence à la remarquer dans Le Mari de la coiffeuse (Patrice Leconte, 1990) et Une époque formidable (1990) de Gérard Jugnot dans le rôle d'une chasseuse de têtes. Son physique de blonde volontaire lui réserve souvent des rôles de bourgeoises, mais Michèle Laroque ne joue pas au hasard : "Avant d'interpréter un personnage, j'écris sa biographie [...] C'est un point d'appui extraordinaire." (Le Figaro, 1998.)
Elle accumule les rôles secondaires déclinant ce personnage un peu guindé (duchesse dans le film historique Louis, enfant roi, Roger Planchon, 1993 ; épouse infidèle dans la comédie Tango, Patrice Leconte, 1993 ; femme en mal d'enfants dans le badin Aux petits bonheurs, Michel Deville, 1994 ; snob dans le drame Nelly et monsieur Arnaud, Claude Sautet, 1995…) , elle détonne un peu plus dans La Crise (id.) de Coline Serreau, où elle craque brutalement. Son rôle le plus attachant de la période est peut-être la gérante d'hôtel qui rejoint la petite fugue des femmes mal dans leur vie de Personne ne m'aime (1993), premier film de Marion Vernoux.
Son interprétation hilarante d'une femme de PDG homosexuel dans Pédale douce (1995) de Gabriel Aghion (rôle qu'elle reprendra en 2004 dans Pédale dure du même cinéaste) lui apporte la popularité et une nomination au César du second rôle, et ses apparitions se diversifient enfin même si la comédie (Fallait pas, Gérard Jugnot, 1996 ; Le Plus Beau métier du monde, Gérard Lauzier, 1996) reste son domaine de prédilection.
Juge d'instruction très humaine dans Les Aveux de l'innocent (Jean-Pierre Améris, 1996), elle révèle sa sensibilité dans le singulier Ma vie en rose (1996) d'Alain Berliner, en mère d'un petit garçon qui veut être une fille. Aux côtés d'Albert Dupontel, elle se transforme en une irrésistible rousse dans Serial lover (1997) de James Huth, une comédie délirante de noirceur : celle d'une femme bien décidée, le soir de ses trente ans, à choisir entre ses trois prétendants, quitte à faire couler le sang entre l'entrée et le dessert. Epouse-moi (1999) d'Harriet Martin est une comédie décalée sur le couple avec, dans le rôle du mari, Vincent Perez.
Malgré l'échec cuisant de Doggy Bag (Frédéric Comtet, 1999), qu'elle a scénarisé et produit, elle reste une actrice de comédie extrêmement populaire. Cadre peu aimable du réjouissant Placard de Francis Veber (2001), bonne copine fan de régimes dans J'ai faim !!!, actrice ratée dans le très choral L'Anniversaire (Diane Kurys, 2005), femme d'affaires débordée dans le film de filles Comme t'y es belle ! (Lisa Azuelos, 2006), elle est l'épouse très contrariée de Dany Boon dans le premier film réalisé par celui-ci, La Maison du bonheur (2006).
Forte de ses succès, elle tente l'aventure américaine, s'installe à Los Angeles et partage avec Matthew Modine l'affiche de la comédie romantique The Neighbor (Eddie O'Flaherty, 2007). Ce sera une expérience sans lendemain. De retour en France, elle s'essaie à des rôles plus dramatiques dans Dans tes bras (Hubert Gillet, 2009), Oscar et la dame rose (Eric-Emmanuel Schmitt, 2009) tout en déclinant son personnage habituel dans Monsieur papa de Kad Merad (2011).

Autres activités

En 1995, Michèle Laroque fonde avec Denis Hart la maison de production ANFM. En 2013, elle a lancé sur internet une campagne de financement participatif pour un film dont elle a écrit le scénario, Jeux dangereux.
Elle interprète au fil des ans de nombreux téléfilms, notamment Bébé express (François Dupont-Midy, 1990), Le Mouton noir (Francis de Gueltzl, 1995), Week-end (Arnaud Sélignac, 1996), Une femme neuve (Didier Albert, 2000), L'Oiseau rare (Didier Albert, 2001), Mon voisin du dessus (Laurence Katrian, 2003), Petits secrets et gros mensonges (Laurence Katrian, 2006)... La télévision lui permet de travailler avec des réalisateurs considérés comme des auteurs qui ne la sollicitent pas au cinéma où elle est considérée comme trop "populaire", que ce soit Mathieu Amalric (La Chose publique, 2003) ou Emmanuel Finkiel (En marge des jours, 2007). En 2012, elle tient le rôle-titre de La Méthode Claire, téléfilm de Vincent Monnet que le succès conduit à décliner en série.
Au théâtre, elle joue C'est encore mieux l'après-midi, La Face cachée d'Orion de Landford Wilson, Coiffure pour dames de Robert Harling, Ornifle de Jean Anouilh, Je veux faire du cinéma de Neil Simon, Une folie et Faisons un rêve de Sacha Guitry. De sa complicité avec Pierre Palmade naissent tout une série de spectacles autour d'un couple qui se rencontre, se sépare, se retrouve : Ils s'aiment (1998), Ils se sont aimés (2001), Ils se re-aiment (2012). Les deux premiers se transformeront en téléfilms en 1999 et 2004.
Michèle Laroque est très engagée depuis 1997 dans les spectacles des Enfoirés dont elle est un des piliers.

Périodiques

  • Mensuel du cinéma (Le), n° 15, mars 1994
  • Studio Magazine, n° 117, décembre 1996

Courts métrages

en tant que : Interprète

1992Paranoïa Frédéric Forestier, Stéphane Gateau
1994Oui Pascal Perennes

Longs métrages

en tant que : Réalisateur

2017 Brillantissime Michèle Laroque

en tant que : Scénariste

1998 Doggy bag Frédéric Comtet
2017 Brillantissime Michèle Laroque

en tant que : Dialoguiste

2017 Brillantissime Michèle Laroque

en tant que : Interprète

1990 Mari de la coiffeuse (Le) Patrice Leconte
1990 Une époque formidable Gérard Jugnot
1991 Louis, enfant roi Roger Planchon
1992 Crise (La) Coline Serreau
1992 Max et Jérémie Claire Devers
1992 Tango Patrice Leconte
1993 Aux petits bonheurs Michel Deville
1993 Chacun pour toi Jean-Michel Ribes
1993 Personne ne m'aime Marion Vernoux
1994 Fabuleux destin de Madame Petlet (Le) Camille de Casabianca
1994 Nelly et Monsieur Arnaud Claude Sautet
1995 Aveux de l'innocent (Les) Jean-Pierre Améris
1995 Passage à l'acte Francis Girod
1995 Pédale douce Gabriel Aghion
1996 Fallait pas ! Gérard Jugnot
1996 Ma vie en rose Alain Berliner
1996 Plus beau métier du monde (Le) Gérard Lauzier
1997 Serial lover James Huth
1998 Doggy bag Frédéric Comtet
1998Mur (Le) Alain Berliner
1999 Épouse-moi Harriet Marin
2000 J'ai faim !!! Florence Quentin
2000 Placard (Le) Francis Veber
2001 Treasure Planet
La Planète au trésor
Ron Clements, John Musker
2002 Chose publique (La) Mathieu Amalric
2003 Malabar Princess Gilles Legrand
2004 Pédale dure Gabriel Aghion
2005 Anniversaire (L') Diane Kurys
2005 Comme t'y es belle ! Lisa Azuelos
2005 Entente cordiale (L') Vincent de Brus
2005 Maison du bonheur (La) Dany Boon
2007 Enfin veuve Isabelle Mergault
2008 Dans tes bras Hubert Gillet
2008 Oscar et la dame rose Eric-Emmanuel Schmitt
2010 Monsieur Papa Kad Merad
2015 Camping 3 Fabien Onteniente
2015 Fantôme de Canterville (Le) Yann Samuell
2016 Alibi. com Philippe Lacheau
2016 Chouquette Patrick Godeau
2016 Embrasse-moi ! Oceanerosemarie, Cyprien Vial
2017 Brillantissime Michèle Laroque
2018 Premier de la classe Stéphane Ben Lahcène