Ciné-Ressources – Fiches personnalités

Mario Martone

Réalisateur, Scénariste


imprimer
Naissance
1959 à Naples (Italie)
>> Rechercher "Mario Martone" dans le catalogue Ciné-Ressources

Formation

Mario Martone fait ses premiers pas à dix-sept ans, dans des petits théâtres off, où se joue un théâtre de la contamination, comme il le précise lui-même, un théâtre dans lequel se mélangent jeu théâtral, cinéma, danse, et image.

Carrière au cinéma

Mario Martone est un homme fidèle : fidèle à sa troupe de théâtre, qu'il entraîne dans l'aventure du cinéma ; fidèle à sa ville natale, Naples. En 1992, il présente au Festival de Venise Mort d'un mathématicien napolitain. Ce premier film, consacré au mathématicien Renato Caccioppoli, un enfant de Naples qui s'est donné la mort l'année de la naissance du réalisateur, remporte le prix spécial du jury. Mario Martone y développe une esthétique inquiétante et un certain goût pour le tragique. Il dit lui-même de Naples qu'il est tragique, très loin du folklore que les étrangers imaginent. Cette ville est le théâtre d'un conflit entre les traditions et la modernité qui voudrait tout uniformiser. En 1994, il filme Rasoi, un spectacle qu'il avait mis en scène avec sa troupe Teatra Uniti. Plusieurs monologues inquiétants racontent les drames quotidiens qui se jouent dans la grande ville. C'est à nouveau Naples qu'il filme dans Amour meurtri (1995), un thriller familial plein de désespoir et de tristesse. Comme dans son premier film, l'image du suicide est présente. A travers le parcours en labyrinthe d'une femme qui se remémore le suicide de sa mère, Martone confirme son talent dramatique. Il tourne ensuite Una storia Saharawi (1996) et La Salita, un sketch dans le film Vesuviani (1997). Avec Teatro di guerra (1997), il renoue avec le théâtre et la ville de son enfance : un jeune acteur commence à Naples les répétitions d'un spectacle qu'il va monter à Sarajevo, où sévit la guerre. L'ensemble de la filmographie de Mario Martone témoigne d'un souci d'observer et de filmer les fêlures existentielles. Quant aux attaches profondes avec Naples, qu'il revendique dans ses oeuvres, elles font de lui un réalisateur très représentatif d'une nouvelle génération de cinéastes italiens, sensibles à l'environnement, à la politique et à l'économie de leur région.

Autres activités

En 1977, il crée deux troupes de théâtre, Falso Movimento et Teatri Uniti, grâce auxquelles il met en scène plus de quinze pièces. Il s'essaie à la vidéo et tourne en 1984 un court-métrage sur le Naples du XVIIe siècle, Nella città barocca.

Périodiques

  • Filmcritica, n° 424, avril 1992
  • Jeune Cinéma, n° 240, novembre 1996
  • Positif, n° 404, octobre 1994

Courts métrages

en tant que : Réalisateur

1984Nella città barocca Mario Martone

en tant que : Scénariste

1984Nella città barocca Mario Martone

Longs métrages

en tant que : Réalisateur

1992 Morte di un matematico napoletano
Mort d'un mathématicien napolitain
Mario Martone
1994 Amore molesto (L')
Amour meurtri
Mario Martone
1994Miracoli : storie per corti Silvio Soldini, Mario Martone, Paolo Rosa
1994Miracoli : storie per corti : Antonio Mastronunzio, pittore sannita Mario Martone
1994Rasoi Mario Martone
1996Una storia Saharawi Mario Martone
1996Vesuviani (I) Mario Martone, Antonio Capuano, Pappi Corsicato, [etc.]
1996Vesuviani : la salita (I) Mario Martone
1997 Teatro di guerra Mario Martone
1999Una disperata vitalita Mario Martone
2003Odore del sangue (L') Mario Martone
2009Noi credevamo Mario Martone
2013Giovane favoloso (Il)
Leopardi, il giovane favoloso
Mario Martone

en tant que : Scénariste

1992 Morte di un matematico napoletano
Mort d'un mathématicien napolitain
Mario Martone
1994 Amore molesto (L')
Amour meurtri
Mario Martone
1994Rasoi Mario Martone
1996Vesuviani (I) Mario Martone, Antonio Capuano, Pappi Corsicato, [etc.]
1996Vesuviani : la salita (I) Mario Martone
1997 Teatro di guerra Mario Martone
2013Giovane favoloso (Il)
Leopardi, il giovane favoloso
Mario Martone