Ciné-Ressources – Fiches personnalités

Dustin Hoffman

Interprète, Producteur


imprimer
Naissance
08 août 1937 à Los Angeles (Californie, Etatts-Unis)
>> Rechercher "Dustin Hoffman" dans le catalogue Ciné-Ressources

Formation

Fils d'un décorateur de plateau, Dustin Hoffman grandit dans l'atmosphère d'Hollywood. Passionné de théâtre, il suit des cours à la Pasadena Playhouse puis met le cap sur New York. Il étudie avec Lee Strasberg à l'Actor's Studio auprès de Gene Hackman et de Robert Duvall. Au début des années 1960, il donne des cours à l'East Harlem Boy's Club. Il débute à Broadway dans A cook for Mr General. Pour survivre, il est tour à tour standardiste, fleuriste, garçon de café, vendeur de jouets ou garçon de salle dans un asile psychiatrique.

Carrière au cinéma

C'est alors que Mike Nichols remarque le jeune homme et lui offre la vedette dans Lauréat (1967) ; son rôle d'étudiant naïf et idéaliste succombant aux assauts de la vénéneuse et fameuse Mme Robinson rend immédiatement Dustin Hoffman célèbre, et lui vaut même une nomination à l'Oscar. Sa carrière au cinéma est lancée. Il joue tour à tour le clochard tuberculeux de Macadam cow-boy (John Schlesinger, 1968), l'homme timide de John et Mary (Peter Yates, 1969), le centenaire ressassant ses souvenirs de la guerre de Sécession de Little big man (Arthur Penn, 1970) ou l'intellectuel qui transforme sa peur des Chiens de paille (Sam Peckinpah, 1971).
L'intuition du bon rôle - et le talent aidant - font de Dustin Hoffman la tête d'affiche de succès mondiaux. Sa composition du père célibataire du mélodrame Kramer contre Kramer (Robert Benton, 1979) l'installe au sommet de la popularité et lui vaut "enfin" un Oscar. Attaché à la personnalité de marginaux, Hoffman se refuse cependant à les peindre sous un aspect négatif. S'il est bagnard (Papillon, Franklin J. Schaffner, 1973), poète misanthrope (Lenny, Bob Fosse, 1974)), juif paranoïaque (Marathon man, de John Schlesinger, 1975) ou encore comédien travesti dans le mythique Tootsie de Sydney Pollack (1982), ce n'est jamais sans rallier le public à sa cause. Son rôle peut-être le plus émouvant est tout un symbole : l'autiste de Rain Man (Barry Levinson, 1988) acquiert le charisme d'un véritable réconciliateur auprès de ces personnes soi-disant hors-normes et lui rapporte un deuxième Oscar.
Dustin Hoffman fait un retour à la comédie avec Héros malgré lui (Stephen Frears, 1991), il campe un Bernie LaPlante qui sauve certainement le film. La même année l'acteur joue le gangster inquiétant de Billy Bathgate (Robert Benton) ou le capitaine Crochet haut en couleurs du Hook de Spielberg. Dustin Hoffman ne dédaigne pas les films d'action puisque son personnage de scientifique chevronné sauve le monde d'une pandémie dans Alerte (Wolfgang Petersen, 1995). L'année suivante Barry Levinson lui confie un rôle à contre-emploi d'avocat alcoolique dans son Sleepers.
Année chargée pour l'acteur en 1997 puisqu'il travaille sur le thriller Mad city (Costa-Gavras) avec John Travolta, dans le film de science-fiction Sphere (Barry Levinson) au côté de Sharon Stone ; et son rôle pour Des hommes d'influence du même réalisateur lui vaut une septième nomination aux Oscars. En 1998, Dustin Hoffman tourne dans le Jeanne d'Arc de Luc Besson, il y incarne l'étrange confesseur dont la figure ambiguë pourrait être celle d'un tentateur.
Les années 2000 semblent lui faire préférer des registres plus légers. C'est ainsi que le public va pouvoir le croiser dans des comédies fantastiques : en directeur de théâtre très british dans Neverland (Marc Forster, 2002), une variation subtile autour du mythe de Peter Pan, puis en étrange directeur d'un non moins étrange magasin de jouets dans Le Merveilleux magasin de Mr Magorium (Zach Helm, 2006). Dustin Hoffman est aussi à l'affiche de la comédie inclassable et décalée J'adore Huckabees (David O. Russel, 2003), où les comédiens sont davantage au service d'une réflexion sur le sens de l'existence que d'une histoire linéaire.
Il fait partie des franches rigolades de Mon beau-père, mes parents et moi (Jay Roach, 2004) et Mon beau-père et nous (Paul Weitz, 2009). Et chose rare, il se prête même à une romance avec Last chance for love (Joel Hopkins, 2007), au bras d'Emma Thompson dans un Londres hivernal, il prouve qu'il n'y a pas d'âge pour tomber amoureux. Dustin Hoffman revient à quelques rôles sombres comme dans le drame d'Andy Garcia Adieu Cuba (2004) où il campe un parrain de la pègre cubaine des années 50.

Autres activités

Au théâtre, Dustin Hoffman suspend ses apparitions sur scène après Jimmy Shine en 1968. Il ne remonte sur les planches qu'en 1975, avec All over town, dont il signe également la mise en scène, puis joue Mort d'un commis voyageur (1984) et Le marchand de Venise (1989).
En 1985, il joue dans la version télévisée de Mort d'un commis voyageur, adaptation de l'oeuvre d'Arthur Miller par Volker Schlöndorff.
Il fonde avec Paul Newman, Barbara Streisand et Sydney Poitiers une compagnie de production indépendante, la First Artists.

Prix

  • Prix pour l'ensemble de la carrière, 1997 au The Hollywood Foreign Press Association "Golden Globe Awards"
  • Lion d'or pour l'ensemble de la carrière, 1996 au Mostra Internazionale d'Arte Cinematografica (Venezia)
  • Prix pour l'ensemble de la carrière, 1989 au Internationale Filmfestspiele (Berlin)
  • Meilleure interprétation masculine, 1989 au David Di Donatello Awards pour le film : Rain man
  • Meilleure interprétation masculine, 1989 au The Hollywood Foreign Press Association "Golden Globe Awards" pour le film : Rain man
  • Meilleure interprétation masculine, 1989 au AMPAS - Academy of Motion Picture Arts and Sciences pour le film : Rain man
  • Meilleure interprétation masculine, 1984 au BAFTA - The British Academy of Film and Television Arts pour le film : Tootsie
  • Meilleure interprétation masculine, 1983 au NBR - The National Board of Review of Motion Pictures (New York) pour le film : Tootsie
  • Meilleure interprétation masculine, 1983 au Boston Society of Film Critics Awards pour le film : Tootsie
  • Meilleure interprétation masculine, 1983 au The Hollywood Foreign Press Association "Golden Globe Awards" pour le film : Tootsie
  • Meilleure interprétation masculine, 1980 au AMPAS - Academy of Motion Picture Arts and Sciences pour le film : Kramer vs. Kramer
  • Meilleure interprétation masculine, 1980 au David Di Donatello Awards pour le film : Kramer vs. Kramer
  • Meilleure interprétation masculine, 1980 au The Hollywood Foreign Press Association "Golden Globe Awards" pour le film : Kramer vs. Kramer
  • Meilleure interprétation masculine, 1980 au NBR - The National Board of Review of Motion Pictures (New York) pour le film : Kramer vs. Kramer/Agatha
  • Meilleure interprétation masculine, 1979 au Los Angeles Film Critics Association Awards pour le film : Kramer vs. Kramer
  • Meilleure interprétation masculine, 1979 au New York Film Critics Circle Awards pour le film : Kramer vs. Kramer
  • Meilleure interprétation masculine, 1970 au BAFTA - The British Academy of Film and Television Arts pour le film : John and Mary/Midnight cowboy
  • Meilleure interprétation masculine, 1970 au David Di Donatello Awards pour le film : Midnight cowboy
  • Meilleur espoir masculin, 1969 au BAFTA - The British Academy of Film and Television Arts pour le film : The graduate
  • Meilleur espoir masculin, 1968 au The Hollywood Foreign Press Association "Golden Globe Awards" pour le film : The graduate

Ouvrages

  • Dustin Hoffman / Didier Sandre.- Paris : Solar, 1981
  • Dustin Hoffman / Gilles Dagneau.- Paris : PAC, 1985
  • Dustin Hoffman / Ian Johnstone.- Spellmount : Tunbridge Wells ; New-York : Hippocrene Books, 1984
  • Dustin Hoffman / Jean-Jacques Jelot-Blanc.- Clamart : Sévigny, 1990
  • Dustin Hoffmann / Ronald Bergan.- Paris : Zélie, 1993
  • Hoffman vs. Hoffman : the actor and the man / Patrick Agan.- London : R. Hale, 1986
  • The films of Dustin Hoffman / Douglas Brode.- Secaucus : Citadel Press, 1983

Périodiques

  • American Film, vol. 14, n° 3, décembre 1988
  • American Film, vol. 4, n° 9, juillet/août 1979
  • American Film, vol. 8, n° 6, avril 1983
  • Cinématographe, n° 42, décembre 1978
  • Empire, n° 38, août 1992
  • Empire, n° 71, mai 1995
  • Film Dope, n° 25, novembre 1982
  • Interview, vol. 6, n° 6, juin 1976
  • Nouveau Cinémonde, n° 1816, décembre 1969
  • Photoplay, vol. 22, n° 9, septembre 1971
  • Revue du Cinéma (La), n° 448, avril 1989
  • Séquences, n° 114, octobre 1983
  • Time Out, n° 1182, avril 1993
  • Time Out, n° 962, janvier 1989

Longs métrages

en tant que : Réalisateur

2012 Quartet Dustin Hoffman

en tant que : Producteur

1978Straight Time
Le Récidiviste
Ulu Grosbard
1999 A Walk on the Moon
Le Choix d'une vie
Tony Goldwyn

en tant que : Producteur exécutif

2012 Quartet Dustin Hoffman

en tant que : Interprète

1967 Graduate (The)
Le Lauréat
Mike Nichols
1967Tiger Makes Out (The) Arthur Hiller
1967Un dollaro per sette vigliacchi Stanley Prager
1968 Midnight Cowboy
Macadam cowboy
John Schlesinger
1969 John and Mary
John et Mary
Peter Yates
1969 Little Big Man
Les Extravagantes aventures d'un visage pâle
Arthur Penn
1971 Straw Dogs
Les Chiens de paille
Sam Peckinpah
1971Who Is Harry Kellerman and Why Is He Saying Those Terrible Things About Me ? Ulu Grosbard
1972Alfredo Alfredo Pietro Germi
1973 Papillon Franklin J. Schaffner
1974 Lenny Bob Fosse
1975 All the President's Men
Les Hommes du président
Alan J. Pakula
1975 Marathon Man John Schlesinger
1977 Agatha Michael Apted
1977 Hollywood 76/77 Annett Wolf
1978Straight Time
Le Récidiviste
Ulu Grosbard
1979Kramer vs Kramer
Kramer contre Kramer
Robert Benton
1982 Tootsie Sydney Pollack
1985Death of a Salesman
La Mort d'un commis voyageur
Volker Schlöndorff
1985 Ishtar Elaine May
1988 Family Business Sidney Lumet
1988 Rain Man Barry Levinson
1989 Dick Tracy Warren Beatty
1991Billy Bathgate Robert Benton
1991Hero
Héros malgré lui
Stephen Frears
1991 Hook Steven Spielberg
1991Waldo Salt : A Screenwriter's Journey Robert Hillman, Eugène Corr
1994Outbreak
Alerte !
Wolfgang Petersen
1996American Buffalo Michael Corrente
1996 Sleepers Barry Levinson
1997 Mad City Costa-Gavras
1997 Sphere Barry Levinson
1997 Wag the Dog
Des hommes d'influence
Barry Levinson
1998 Jeanne d'Arc Luc Besson
2002 Confidence James Foley
2002 Finding Neverland
Neverland
Marc Forster
2002Moonlight Mile Brad Silberling
2003 I Heart Huckabees
J'adore Huckabees
David O. Russell
2003 Racing Stripes
Zig-zag
Frederik Du Chau
2003 Runaway Jury
Le Maître du jeu
Gary Fleder
2004 Freedom 2 Speak v2.0 Christoph Gampl, Brigitte Kramer, Marc Alexander Meyer, [etc.]
2004 Lost City (The)
Adieu Cuba
Andy Garcia
2004 Meet the Fockers
Mon beau-père, mes parents et moi
Jay Roach
2005 Kung Fu Panda Mark Osborne, John Stevenson
2005 Parfum, die Geschichte eines Mörders (Das)
Le Parfum, histoire d'un meurtrier
Tom Tykwer
2005 Stranger than Fiction
L'Incroyable destin de Harold Crick
Marc Forster
2006 Mr. Magorium's Wonder Emporium
Le Merveilleux magasin de Mr Magorium
Zach Helm
2007 Last Chance Harvey
Last chance for love
Joel Hopkins
2008 Tale of Despereaux (The)
La Légende de Despereaux
Sam Fell, Robert Stevenhagen
2009 Barney's Version
Le Monde de Barney
Richard J. Lewis
2009 Little Fockers
Mon beau-père et nous
Paul Weitz
2010Cameraman : The Life and Work of Jack Cardiff Craig McCall
2010 Kung Fu Panda 2 Jennifer Yuh-Nelson
2013 Chef
#Chef
Jon Favreau
2013 Kung Fu Panda 3 Jennifer Yuh, Alessandro Carloni
2013 Program (The) Stephen Frears
2017Hal Amy Scott