Ciné-Ressources – Fiches personnalités

Marie Bell

Interprète


imprimer
Naissance
23 décembre 1900 à Bègles (Gironde, France)
Décès
15 août 1985 à Neuilly-sur-Seine (France)
Liens familiaux
Elle épouse en secondes noces Louis du Fayard (Jean Chevrier à la scène).
>> Rechercher "Marie Bell" dans le catalogue Ciné-Ressources

Formation

Marie Bell fait ses premiers pas sur scène à l'âge de treize ans comme danseuse au London Pavilion, en Angleterre. De retour en France, elle étudie l'art dramatique au conservatoire de Bordeaux puis au Conservatoire de Paris et obtient un premier prix de comédie en 1921.

Carrière au cinéma

Marie Bell mène une carrière cinématographique épisodique, consacrant l'essentiel de son activité au théâtre. Elle fait une courte apparition en 1924 - son rôle est presque entièrement coupé au montage - dans Paris de René Hervil puis interprète quelques personnages historiques, comme Madame Récamier (1928) de Gaston Ravel. A l'arrivée du cinéma parlant, sa diction lui permet d'accéder aux premiers rôles de La nuit est à nous (1929) d'Henry Roussel, de L'homme qui assassina (1930) de Kurt Bernhardt, et de L'homme à l'hispano (1932) de Jean Epstein. Si Marie Bell tourne beaucoup, elle ne sait pas choisir ses films. Seuls Julien Duvivier et Jacques Feyder lui offrent des rôles à sa mesure, le premier en 1934 avec Le grand jeu, où elle incarne deux personnages, et le second en 1937 avec Un carnet de bal (avec Harry Baur, Raimu, Fernandel et Pierre Blanchar) où on la retrouve en héroïne romantique qui part à la recherche des soupirants du soir de son premier bal. Après vingt ans d'absence à l'écran, elle signe son retour dans un film de Luchino Visconti, Sandra (1965) dans lequel elle incarne la mère de Claudia Cardinale. Elle tourne pour la dernière fois en 1972 dans un film de Jean-Claude Brialy, Les volets clos.

Autres activités

Marie Bell consacre sa carrière au théâtre et joue les rôles principaux du répertoire classique. En 1928, elle devient sociétaire de la Comédie-Française.
A partir de 1934, elle dirige le Théâtre des Ambassadeurs et prend la direction du Théâtre du Gymnase en 1959.

Ouvrages

  • Inoubliables ! : visages du cinéma français : 1930-1950 / Olivier Barrot ; Raymond Chirat.- Paris : Calmann-Lévy, 1986

Périodiques

  • Ciné-Revue, n° 52, 23 décembre 1976

Courts métrages

en tant que : Interprète

1934 Une soirée à la Comédie Française Léonce Perret

Longs métrages

en tant que : Interprète

1922 Molière, sa vie, son oeuvre Jacques de Féraudy
1924 Paris René Hervil
1927 Madame Récamier Gaston Ravel, Tony Lekain
1927 Valse de l'adieu (La) Henri Roussell
1928 Figaro Gaston Ravel
1929 Nuit est à nous (La) Carl Froelich, Henri Roussell
1930 Folle aventure (La) Carl Froelich, André-Paul Antoine
1930 Homme qui assassina (L') Kurt Bernhardt, Jean Tarride
1931 Chance (La) René Guissart
1931 Joker (Le) Erich Waschneck
1932 Homme à l'Hispano (L') Jean Epstein
1933 Caprice de princesse Henri-Georges Clouzot, Karl Hartl
1933 Grand jeu (Le) Jacques Feyder
1934 Fedora Louis J. Gasnier
1934 Poliche Abel Gance
1935 Roman d'un jeune homme pauvre (Le) Abel Gance
1935Sous la Terreur Giovacchino Forzano, Marcel Cohen
1936 Blanchette Pierre Caron
1936 Demi-vierges (Les) Pierre Caron
1936Fiordalisi d'oro Giovacchino Forzano
1936 Garçonne (La) Jean de Limur
1936 Pantins d'amour Walter Kapps
1936 Quand minuit sonnera Léo Joannon
1936 Tentation (La) Pierre Caron
1937 Légions d'honneur Maurice Gleize
1937 Un carnet de bal Julien Duvivier
1938 Glu (La) Jean Choux
1938 Noix de coco Jean Boyer
1939 Charrette fantôme (La) Julien Duvivier
1940 Ceux du ciel Yvan Noé
1941 Vie privée Walter Kapps
1943 Colonel Chabert (Le) René Le Hénaff
1963 Bonne soupe (La) Robert Thomas
1964 Vaghe stelle dell'orsa
Sandra
Luchino Visconti, Albino Cocco
1965Hotel Paradiso
Paradiso, hôtel du libre-échange
Peter Glenville
1968 Phèdre Pierre Jourdan
1972 Volets clos (Les) Jean-Claude Brialy