Ciné-Ressources – Fiches personnalités

Marie Laforêt

Interprète


imprimer
Naissance
05 octobre 1940 à Soulac-sur-Mer (Gironde, France)
Etat civil
Maïtena Doumenach
Liens familiaux
Elle épouse en premières noces le metteur en scène Jean-Gabriel Albicoco.
>> Rechercher "Marie Laforêt" dans le catalogue Ciné-Ressources

Formation

Marie Laforêt débute dans l'univers du spectacle par accident. Alors qu'elle accompagne sa soeur à un concours organisé par la station de radio Europe 1, sa beauté et ses grands yeux attirent l'attention du directeur de théâtre Raymond Rouleau qui la pousse à participer. Elle remporte le premier prix et commence les cours de théâtre de Rouleau. Elle s'essaie à la chanson et, après quelques succès, elle débute au cinéma dans le rôle de Marge dans Plein soleil (1959) de René Clément.

Carrière au cinéma

Marie Laforêt fait une excellente première impression dans Plein Soleil : elle transforme Marge, petite américaine au maillot rayé amoureuse de Maurice Ronet puis d'Alain Delon, en jeune fille singulièrement présente, même assise et silencieuse. Un ans plus tard, Jean-Gabriel Albicoco lui offre le rôle principal de La Fille aux yeux d'or. L'adaptation libre et moderne de la nouvelle de Balzac remporte un immense succès et Marie Laforêt devient, pour nombre de Français, la fille aux yeux d'or. Jolie et secrète, elle est une des actrices françaises les plus en vogue des années 1960. En 1962, elle tourne un deuxième film avec Albicoco, Le Rat d'Amérique. L'actrice est jusque-là surtout apparue dans des rôles dramatiques de femmes sensibles. Elle prouve par la suite qu'elle est également douée pour la comédie. La Chasse à l'homme (1964) d'Edouard Molinaro, au côté de Claude Rich, de Jean-Paul Belmondo, de Jean-Claude Brialy et de Catherine Deneuve, est une excellente comédie qui conte les mésaventures conjugales de trois jeunes gens. Elle interprète le rôle de Gisèle, la fiancée d'Antoine. En 1965, Claude Chabrol lui propose un rôle mémorable, celui de Marie-Chantal dans Marie-Chantal contre le docteur Kha (1965). Elle incarne à merveille cette Parisienne, femme du monde raffinée et délurée, naïve et futée, prise dans le tourment loufoque d'une histoire d'espionnage. Elle se retire du cinéma après cette composition et se consacre au théâtre. Elle fait néanmoins plusieurs apparitions en partenaire de Jean-Paul Belmondo, notamment dans Flic ou voyou (1978) de Georges Lautner, où elle est la dame de coeur de l'inspecteur enquêtant sur un trafic de drogues. Elle joue la femme du directeur de la banque pillée par les légionnaires dans Les Morfalous (1983) d'Henri Verneuil. Elle revient au cinéma en 1987 pour incarner les belles folâtres de Fucking Fernand Gérard Mordillat, ce qui lui vaut une nomination pour le césar du meilleur second rôle féminin. La décennie 1990 est marquée par son rôle dans l'étrange film d'Enki Bilal, Tykho moon (1995).

Autres activités

Dans les années 1960, Marie Laforêt devient une chanteuse populaire. Elle considère sa carrière au cinéma comme secondaire. Parmi ses succès, on compte Les Vendanges de l'amour ou Que calor la vida. Elle remplit l'Olympia en 1969 et Bobino l'année d'après. Sa renommée est telle qu'elle est invitée comme juré au Festival d'Acapulco.
Elle monte sur les planches pour la première fois en 1969 dans La Hobereaute. En 1973, elle joue dans Le Partage de Paul Claudel.
L'année 1978 marque un tournant dans sa vie. Elle s'installe à Genève, où elle ouvre une galerie d'art et devient commissaire-priseur. Ce métier la passionne.
En 1981, elle réalise un de ses rêves en publiant un recueil de nouvelles, Contes et légendes de ma vie privée. L'ouvrage est un succès.
Marie Laforêt est aussi tentée par la télévision et tourne notamment dans Le Rouge et le noir (1961) de Pierre Cardinal et dans La Menteuse (1989) de Franco Giraldi.

Ouvrages

  • Acteurs et chanteurs / Jacques Mazeau ; Didier Thouart.- Paris : PAC, 1983
  • Stars deuxième / Jacques Valot ; Gilles Grandmaire.- Paris : Edilig, 1989
  • Vénus de mélos : les belles actrices du cinéma français des années 60 / Henry-Jean Servat.- Paris : H. Veyrier, 1987

Périodiques

  • Ciné-Revue vol. 56 n° 16, 15 avril 1976
  • Ciné-Revue vol. 60 n° 31, 31 juillet 1980
  • Ciné-Revue vol. 62 n° 27, 1 juillet 1982
  • Ciné-Revue vol. 64 n° 14, 5 avril 1984

Liens Internet

Courts métrages

en tant que : Interprète

1963 Quatros Golpes (Los) François Truffaut

Longs métrages

en tant que : Interprète des chansons originales

1969 Clérambard Yves Robert

en tant que : Interprète

1959 Plein soleil René Clément
1960 Fille aux yeux d'or (La) Jean-Gabriel Albicocco
1960 Saint-Tropez blues Marcel Moussy
1961 Amours célèbres Michel Boisrond
1961 Leviathan Léonard Keigel
1962 A cause, à cause d'une femme Michel Deville
1962 Rat d'Amérique (Le) Jean-Gabriel Albicocco
1964 Cent briques et des tuiles Pierre Grimblat
1964 Chasse à l'homme (La) Edouard Molinaro
1965 Marie-Chantal contre le docteur Kha Claude Chabrol
1965Soldatesse (Le)
Des filles pour l'armée
Valerio Zurlini
1966Jack of Diamonds
Le Valet de carreau
Don Taylor
1967 Treizième caprice (Le) Roger Boussinot
1972 Petit Poucet (Le) Michel Boisrond
1978 Flic ou voyou Georges Lautner
1982 Diplômés du dernier rang (Les) Christian Gion
1982 Que les gros salaires lèvent le doigt ! Denys Granier-Deferre
1983 Morfalous (Les) Henri Verneuil
1984 Joyeuses Pâques Georges Lautner
1985 Pactole (Le) Jean-Pierre Mocky
1985 Tangos, l'exil de Gardel Fernando E. Solanas
1986 Sale destin ! Sylvain Madigan
1987 Fucking Fernand Gérard Mordillat
1987 Il est génial papy Michel Drach
1988 Folle journée ou le mariage de Figaro (La) Roger Coggio
1989 Présumé dangereux Georges Lautner
1990Avaro (L') Tonino Cervi
1991Tutti gli uomini di Sara Gianpaolo Tescari
1994 Ainsi soient-elles Patrick Alessandrin, Lisa Alessandrin
1994 Dis-moi oui Alexandre Arcady
1995 Tykho moon Enki Bilal
1996 Héroïnes Gérard Krawczyk
1997 C'est la tangente que je préfère Charlotte Silvera
2001Syndrôme de l'adhésif (Le) Christophe Leprêtre
2007 Bureaux de Dieu (Les) Claire Simon