Ciné-Ressources – Fiches personnalités

Brigitte Fossey

Interprète


imprimer
Naissance
15 juin 1946 à Tourcoing (Nord, France)
Liens familiaux
Sa fille Marie, née de son union avec le réalisateur Jean-François Adam, est également comédienne.
>> Rechercher "Brigitte Fossey" dans le catalogue Ciné-Ressources

Formation

Brigitte Fossey entre dès l'âge de cinq ans dans le métier d'acteur: c'est en répondant à l'annonce de René Clément qu'elle endosse en 1951 le célèbre rôle de la petite fille de Jeux interdits. C'est la révélation du Festival de Venise. Mais ses parents (son père est professeur d'anglais) ont pour elle d'autres projets, et l'expérience cinématographique ne se renouvelle guère qu'avec La corde d'acier (1954) de Carlo Borghesio, tourné en Italie, puis avec La route joyeuse (1956), un film américain, où elle incarne, au côté de Gene Kelly, une pensionnaire de lycée qui s'enfuit à travers la nature. Brigitte Fossey ne songe plus alors à la carrière de comédienne. Mais après des études de philosophie et d'interprétariat à Genève, elle rencontre en 1966 Jean-Gabriel Albicocco qui la convainc d'accepter le rôle d'Yvonne Gallais pour son film Le grand Meaulnes (1967).

Carrière au cinéma

Surprise trop tôt en petite fille pure et fragile, Brigitte Fossey, devenue grande, s'efforce d'inverser les rôles. Mais comme dans un miroir, elle reste toujours rattachée au seul personnage vraiment authentique à ses yeux : l'enfant, cet immortel en chacun. Car le miroir ne ment pas : d'abord émouvante et jugée prometteuse pour sa prestation dans Jeux interdits, l'actrice réalise avec Le grand Meaulnes qu'elle ne sait ni rire ni pleurer. Décidée à se corriger, elle travaille son art dramatique. En 1970, elle tourne un film grave, M comme Mathieu de Jean-François Adam. La même année, Raphaël ou le débauché de Michel Deville fait d'elle une vedette. Dès lors, son registre se diversifie. Femme facile dans Les valseuses (1973) de Bertrand Blier, elle est au contraire une femme libérée dans Mais où et donc Ornicar (1978) de Bertrand Van Effenterre. Séduite dans L'homme qui aimait les femmes (1976) de François Truffaut, elle est à son tour séductrice, détournant Richard Berry du droit chemin dans Le jeune marié (1982) de Bernard Stora. La scarlatine (1983) de Gabriel Aghion joue sur la tentation bien féministe de se passer d'homme pour, l'amour aidant, renoncer à jamais à cette idée. Ambiguë à souhait dans Enigma (1981) de Jeannot Szwarc, Brigitte Fossey affectionne les contradictions. Mais elle joue aussi la passion, avec une conviction entière, dans un personnage de Kleist qui sied à sa distinction naturelle (Un amour interdit, 1983, de Jean-Pierre Dougnac). Cependant, c'est avant tout pour son métier qu'elle exprime détermination et constance. Capable de se préparer pendant six mois à un rôle (Un mauvais fils, 1980, de Claude Sautet), l'actrice accorde la même disponibilité aussi bien à de jeunes auteurs (Claude Faraldo ou Helma Sanders) qu'à de grands réalisateurs (Claude Lelouch). Un long chemin est parcouru quand la petite fille de Jeux interdits devient la mère de famille idéale de quarante ans (Au nom de tous les miens, 1982, de Robert Enrico). Cette image se popularise avec La boum (1980) de Claude Pinoteau, où Brigitte Fossey représente toute femme aux prises avec la crise d'adolescence de sa fille, tandis que son mari s'éloigne. Le succès est tel qu'une suite voit le jour (La boum 2, 1982). Mais à l'approche des années 1990, Brigitte Fossey se fait plus rare au cinéma. Outre le fantastique 36.15 code père noël (1988) de René Manzor, elle termine en beauté avec Les enfants du naufrageur (1991) de Jérôme Foulon. Ce conte pour enfants ne révèle pas une vérité symbolique mais la réalité bien vivante d'un amour romanesque. De quoi séduire celle qui déclare volontiers que les enfants seuls "obligent le monde à leur ressembler".

Autres activités

Au théâtre, Brigitte Fossey interprète Bleus blancs rouges, Eté, Slag, La mouette, Macbeth, Reviens, James Dean, reviens, Paroles et La surprise de l'amour.
A la télévision, elle tourne Les gens de Mogador (1972) de Robert Mazoyer, Salvator et les mohicans de Paris (1974) de Bernard Borderie, L'été indien (1980) de Jean Delannoy, Le château des oliviers (1992) de Nicolas Gessner, Pour l'amour de Thomas (1994) de Claude Gagnon et Un et un font six (1997) de Franck Apprédéris.
Elle participe à un opéra, Jeanne au bûcher, d'après Arthur Honegger.
Elle écrit pour le Conseil économique et social un rapport avec Danièle Delorme sur L'éveil artistique des enfants en France et en Europe.
Enfin, l'actrice contribue à l'élaboration de la convention internationale des droits de l'enfant.

Périodiques

  • Cinéma Français, n° 12, 1977
  • Cinéma Français, vol. 57, n° 12, mars 1977
  • Cinéma, n° 280, avril 1982
  • Cinématographe, n° 11, janvier/février 1975
  • Ciné-Revue, vol. 61, n° 49, décembre 1981
  • Positif, n° 300, février 1986

Courts métrages

en tant que : Interprète

2002Toujours tout droit Manuel Moutier

Longs métrages

en tant que : Interprète

1951 Jeux interdits René Clément
1954Corda d'acciaio (La)
L'Amour d'une mère
Carlo Borghesio
1956 Happy Road (The)
La Route joyeuse
Gene Kelly
1966 Grand Meaulnes (Le) Jean-Gabriel Albicocco
1968 Adieu l'ami Jean Herman
1970 M comme Mathieu Jean-François Adam
1970Mio Susumu Hani
1970 Raphaël ou le débauché Michel Deville
1973 Erica Minor Bertrand Van Effenterre
1973 Ironie du sort (L') Edouard Molinaro
1973 Valseuses (Les) Bertrand Blier
1974 Brigade (La) René Gilson
1974Crazy american girl (The)
La Fille d'Amérique
David Newman
1975 Bon et les méchants (Le) Claude Lelouch
1975 Calmos Bertrand Blier
1975 Chant du départ (Le) Pascal Aubier
1975 Fleurs du miel (Les) Claude Faraldo
1976 Enfants du placard (Les) Benoît Jacquot
1976 Guerres civiles en France François Barat, Vincent Nordon, Joël Farges
1976 Homme qui aimait les femmes (L') François Truffaut
1976 Pays bleu (Le) Jean-Charles Tacchella
1977Gläserne Zelle (Die)
La Cellule de verre
Hans W. Geissendörfer
1978Affaire suisse (L') Max Peter Ammann
1978 Mais ou et donc Ornicar Bertrand Van Effenterre
1978Quintet Robert Altman
1979 Mouton noir (Le) Jean-Pierre Moscardo
1979 Triple mort du troisième personnage (La) Helvio Soto
1980 Boum (La) Claude Pinoteau
1980 Coco Chanel
Chanel solitaire
George Kaczender
1980 Un mauvais fils Claude Sautet
1981 Croque la vie Jean-Charles Tacchella
1981Enigma Jeannot Szwarc
1981Imperativ
L'Impératif
Krzysztof Zanussi
1982 Au nom de tous les miens Robert Enrico
1982 Bâtard (Le) Bertrand Van Effenterre
1982 Boum 2 (La) Claude Pinoteau
1982 Jeune marié (Le) Bernard Stora
1982Xueiv Patrick Brunie
1983 Scarlatine (La) Gabriel Aghion
1983 Un amour interdit Jean-Pierre Dougnac
1984 Fausses confidences (Les) Daniel Moosmann
1984Flügel und Fesseln
L'Avenir d'Émilie
Helma Sanders-Brahms
1988Nuovo Cinema Paradiso
Cinema Paradiso
Giuseppe Tornatore
1989 36-15 code Père Noël René Manzor
1990Cri du papillon (Le) Karel Kachyna
1990 Un vampire au paradis Abdelkrim Bahloul
1991 Enfants du naufrageur (Les) Jérôme Foulon
2015 Faut pas lui dire Solange Cicurel