Ciné-Ressources – Fiches personnalités

Sandrine Bonnaire

Interprète


imprimer
Naissance
31 mai 1967 à Gannat (Allier, France)
Liens familiaux
Elle a partagé un temps la vie du comédien William Hurt avec qui elle a eu une fille.
>> Rechercher "Sandrine Bonnaire" dans le catalogue Ciné-Ressources

Formation

Sandrine Bonnaire prépare un CAP d'apprentie coiffeuse quand le père d'une de ses amies lui propose un rôle de figurante dans La Boum (1980) de Claude Pinoteau. Elle qui ne rêve que de cinéma renouvelle l'expérience pour Les Sous-doués en vacances (1982) de Claude Zidi.

Carrière au cinéma

Sandrine Bonnaire répond à une annonce du journal France-Soir et rencontre Maurice Pialat qui lui offre le rôle de Suzanne, l'adolescente crispée, dure et tendre d'A nos amours (1983). C'est une révélation : Sandrine Bonnaire, dénuée de formation dramatique, joue totalement à l'instinct et décroche le César du meilleur jeune espoir féminin. Elle enchaîne alors les films (Tir à vue, 1984, de Marc Angelo ; Blanche et Marie, 1984, de Jacques Renard ; Le Meilleur de la vie, 1985, de Renaud Victor) puis rencontre Agnès Varda.
La réalisatrice sait tirer le meilleur de l'actrice et lui offre l'occasion de montrer la diversité de son talent avec le rôle de Mona, la jeune vagabonde de Sans toit ni loi (1985). Résultat : le César de la meilleure actrice. Ressemblant en quelques points à l'héroïne du film d'Agnès Varda, Sandrine Bonnaire est une actrice à part, inclassable. Tout au long de sa carrière, elle garde la simplicité et l'enthousiasme de l'adolescente rebelle d'A nos amours.
Sandrine Bonnaire enrichit son jeu à chaque nouvelle aventure, à l'instar de Gérard Depardieu, son partenaire dans Sous le soleil de Satan, le film qui marque ses grandes retrouvailles avec Maurice Pialat en 1986, après une apparition dans Police (1985). Elle y est la Mouchette inventée par Georges Bernanos, âme en peine qu'un prêtre tentera en vain de sauver. Malgré son sourire lumineux, c'est bien du côté de la gravité que les cinéastes voient Sandrine Bonnaire, que ce soit Jacques Doillon (La Puritaine, 1986), André Téchiné (Les Innocents, 1987) ou Patrice Leconte (Monsieur Hire, 1989).
Seul Claude Sautet lui permet de donner libre-cours à une certaine fantaisie dans le rôle de la bonne dont s'éprend l'héritier d'une chaîne de supermarchés (Daniel Auteuil) dans Quelques jours avec moi (1988). Après une carrière commencée en fanfare, le désir d'austérité la guide vers Raymond Depardon : La Captive du désert (1990) marque une nouvelle étape dans sa carrière. En acceptant cet emprisonnement volontaire dans le sable africain, Sandrine Bonnaire démontre sa capacité à aller jusqu'au bout de ses rôles.
Indépendante avant tout, elle ne s'enferme dans aucun genre et, entre ces films d'auteurs confirmés, elle choisit de tourner avec de jeunes réalisateurs : Olivier Langlois pour Jaune révolver (1987), Patricia Mazuy pour Peaux de vaches (1988) ou Michel Bena pour Le Ciel de Paris (1991). Elle tente aussi l'aventure internationale, travaillant en Italie pour Francisca Archibugi (Dans la soirée, 1990) ou participant à des coproductions comme l'adaptation de La Peste (1991) de Camus par l'Argentin Luis Puenzo : elle y partage la vedette avec William Hurt qui devient son compagnon. Ils travailleront à nouveau ensemble sur Confidences à un inconnu (Georges Bardawil, 1995).
C'est toutefois en France, auprès de grands réalisateurs, qu'elle obtient ses plus beaux rôles et tourne ses films les plus marquants. Elle est ainsi une Jeanne d'Arc bien plus humaine que mystique dans les deux volets du Jeanne la pucelle (1993) de Jacques Rivette, avant d'incarner la servante analphabète, révoltée et criminelle de La Cérémonie (1995) de Claude Chabrol, film pour lequel elle partage avec sa partenaire, Isabelle Huppert, le Prix d'interprétation de la Mostra de Venise. Fidèle à ces deux cinéastes, elle tourne le drame criminel Secret défense (1998) pour le premier et le très noir Au coeur du mensonge (1999) pour le second.
Souvent cataloguée actrice intellectuelle, elle s'oriente vers un cinéma plus populaire avec Est-Ouest (1999), drame historique à grand spectacle de Régis Wargnier situé dans l'URSS de Staline.
Mais c'est surtout sa rencontre avec Philippe Lioret qui change son image et lui apporte une popularité inédite grâce au succès de Mademoiselle (2001), une délicate comédie sentimentale dans laquelle elle se laisse séduire par Jacques Gamblin. Le réalisateur et l'actrice se retrouvent avec le même bonheur pour L'Equipier (2004), drame situé sur une île bretonne. La même année, Patrice Leconte fait à nouveau appel à elle pour le rôle de l'épouse confiant ses problèmes de couple à un Fabrice Luchini qu'elle prend pour un psychiatre dans Confidences trop intimes (2004), erreur qui va bouleverser sa vie.
Elle se risque à la comédie avec Je crois que je l'aime (Pierre Jolivet, 2007) avant d'incarner avec beaucoup de subtilité Félicité, la servante au grand coeur d'Un oeur simple (Marion Laine, 2008) d'après Flaubert. En retrait face à Catherine Frot dans le thriller psychologique L'Empreinte de l'ange (Saffy Nebout, 2008), elle brille en femme de ménage se découvrant un don pour les échecs dans Joueuse (Caroline Bottaro, 2009). Elle partage en 2014 avec Johnny Hallyday et Eddy Mitchell l'affiche du film de Claude Lelouch, Salaud on t'aime.
En 2007, elle est passée à la réalisation en signant un documentaire consacré à sa soeur autiste, Elle s'appelle Sabine puis a mis en scène sa première fiction, J'enrage de son absence (2012), drame familial porté par Alexandra Lamy et William Hurt.

Autres activités

Sandrine Bonnaire fait ses débuts sur les planches à vingt-deux ans dans une pièce de Berthold Brecht, La Bonne Ame du Setchouan (1990) sous la direction de Bernard Sobel.
A la télévision , elle interprète la chirurgienne dévouée de la série Une femme en blanc (Aline Issermann, 1996) et de sa suite, La Maison des enfants (2003). Elle est la mère de la jeune avortée au centre du Procès de Bobigny (François Luciani, 2006) et incarne une autre mère, se libérant de ses contraintes familiales, dans La Balade de Lucie (Sandrine Ray, 2013). Elle a aussi interprété la journaliste enquêtant sur un tueur de l'île de la Réunion dans la série Signature (2011).

Prix

  • Coupe Volpi de la meilleure actrice, 1995 au Mostra Internazionale d'Arte Cinematografica (Venezia) pour le film : La cérémonie
  • Meilleure interprétation féminine, 1986 au Los Angeles Film Critics Association Awards pour le film : Sans toit ni loi
  • Meilleure interprétation féminine, 1985 au Césars du Cinéma Français pour le film : Sans toit ni loi
  • Meilleur espoir féminin, 1984 au Césars du Cinéma Français pour le film : A nos amours

Ouvrages

  • Des étoiles sont nées : les nouveaux acteurs du cinéma français : 60 portraits-entretiens / Isabelle Danel.- Paris : P. Lherminier, 1986
  • Le roman d'un tournage : Jeanne la Pucelle / Sandrine Bonnaire.- Paris : JCLattès, 1994
  • Stars d'aujourd'hui n° 2 : Jean-Hugues Anglade, Sandrine Bonnaire, Michel Boujenah, Wadeck Stanczak, Zabou / Mara Villiers ; Gilles Gressard.- Paris : Ramsay, 1986

Périodiques

  • Cahiers du Cinéma (Les), n° 407/408, mai 1988
  • Cahiers du Cinéma (Les), n° 476, février 1994
  • Première, n° 105, décembre 1985
  • Première, n° 136, juillet 1988
  • Première, n° 158, mai 1990
  • Revue du Cinéma (La) / Image et Son, n° 479, février 1992
  • Studio Magazine, n° 102, septembre 1995
  • Studio Magazine, n° 83, février 1994

Liens Internet

Longs métrages

en tant que : Réalisateur

2006 Elle s'appelle Sabine Sandrine Bonnaire
2011 J'enrage de son absence Sandrine Bonnaire

en tant que : Scénariste

2011 J'enrage de son absence Sandrine Bonnaire

en tant que : Dialoguiste

2011 J'enrage de son absence Sandrine Bonnaire

en tant que : Directeur de la photographie

2006 Elle s'appelle Sabine Sandrine Bonnaire

en tant que : Interprète

1978 Cinématon Gérard Courant
1980 Boum (La) Claude Pinoteau
1981 Sous-doués en vacances (Les) Claude Zidi
1983 A nos amours Maurice Pialat
1984 Blanche et Marie Jacques Renard
1984 Meilleur de la vie (Le) Renaud Victor
1984 Police Maurice Pialat
1984 Tir à vue Marc Angelo
1985 Sans toit ni loi Agnès Varda
1986 Puritaine (La) Jacques Doillon
1986 Sous le soleil de Satan Maurice Pialat
1987 Innocents (Les) André Téchiné
1987 Jaune revolver Olivier Langlois
1987 Quelques jours avec moi Claude Sautet
1988 Monsieur Hire Patrice Leconte
1988 Peaux de vaches Patricia Mazuy
1989 Captive du désert (La) Raymond Depardon
1990Verso sera
Dans la soirée
Francesca Archibugi
1991 Ciel de Paris (Le) Michel Bena
1991Peste (La) Luis Puenzo
1991 Prague Ian Sellar
1992 Jeanne la Pucelle Jacques Rivette
1994 Cent et une nuits (Les) Agnès Varda
1994 Confidences à un inconnu Georges Bardawil
1995 Cérémonie (La) Claude Chabrol
1997 Secret défense Jacques Rivette
1997 Voleur de vie Yves Angelo
1998 Au coeur du mensonge Claude Chabrol
1998 Est-Ouest Régis Wargnier
2000 Mademoiselle Philippe Lioret
2001 C'est la vie Jean-Pierre Améris
2001 Femme fatale Brian De Palma
2003 Confidences trop intimes Patrice Leconte
2003 Cou de la girafe (Le) Safy Nebbou
2004 Equipier (L') Philippe Lioret
2006 Demandez la permission aux enfants ! Eric Civanyan
2006 Je crois que je l'aime Pierre Jolivet
2007 Empreinte de l'ange (L') Safy Nebbou
2007 Un coeur simple Marion Laine
2008 Joueuse Caroline Bottaro
2009Traversée du désir (La) Arielle Dombasle
2010 Bonobos Alain Tixier
2011 Crulic - Drumul spre dincolo
Le Voyage de Monsieur Crulic
Anca Damian
2013 Salaud, on t'aime Claude Lelouch
2014 Dernière leçon (La) Pascale Pouzadoux
2015 Ciel attendra (Le) Marie-Castille Mention-Schaar
2016 Prendre le large Gaël Morel
2016 Une saison en France Mahamat-Saleh Haroun