Ciné-Ressources – Fiches personnalités

Jean-Louis Barrault

Interprète


imprimer
Naissance
08 septembre 1910 à Le Vésinet (Yvelines, France)
Décès
22 janvier 1994 à Paris (France)
Liens familiaux
Il partage sa vie avec la comédienne Madeleine Renaud qu'il épouse en 1940, avec laquelle il fonde la compagnie Renaud-Barrault. Il est l'oncle de l'actrice Marie-Christine Barrault.
>> Rechercher "Jean-Louis Barrault" dans le catalogue Ciné-Ressources

Formation

Après ses études secondaires, Jean-Louis Barrault se morfond à un poste de pion au collège Chaptal de Paris et suit les cours d'histoire de l'Ecole du Louvre. Sa rencontre avec Charles Dullin est décisive : il suit ses cours de 1931 à 1935 et apprend le mime auprès d'Etienne Decroux. Il fait ses gammes au théâtre de l'Atelier où il monte son premier spectacle en 1935, Autour d'une mère, de William Faulkner, qui préfigure la prépondérance de la gestuelle dans l'art du comédien.

Carrière au cinéma

Avant tout homme de théâtre, Jean-Louis Barrault découvre le cinéma très jeune. Bien que constamment rappelé à sa vocation première, il lègue à l'écran quelques personnages impérissables, la plupart interprétés entre 1935 et 1945. Le cinéaste Marc Allégret est parmi les premiers à tirer partie de son talent. Il le voit sur les planches de l'Atelier et l'engage pour un rôle dans Les Beaux Jours (1935). Au fil des films, le public des salles obscures découvre un acteur maigre, douloureux et grave qui revendique l'héritage du tréteau. Jean-Louis Barrault met son corps en scène, lui donne la priorité et le sublime dans le mouvement et le langage des gestes, développant une force expressive très bien captée par la caméra. Si bien que le cinéma lui offre une pléiade de rôles où il incarne des personnages exaltés, illuminés, dévorés par la passion ou le désespoir, parfois à la limite de la folie. C'est notamment le cas dans Un grand amour de Beethoven (1936), d'Abel Gance, dans Le Destin fabuleux de Désirée Clary (1942) de Sacha Guitry, où il joue Bonaparte, dans La Symphonie fantastique (1942) de Christian-Jaque, où il interprète un Berlioz en proie à la folie. Dans un autre registre, Drôle de drame (1937) de Marcel Carné, lui permet de camper un tueur de bouchers traqué par les Bizarre, vous avez dit bizarre ? comme c'est bizarre ! du commissaire interprété par Louis Jouvet. Il est encore Henri Dunant, le philanthrope fondateur de la Croix-Rouge, dans D'homme à hommes (1948) de Christian-Jaque, ou le Louis XI du Miracle des loups (1961) d'André Hunebelle. Mais un seul film suffit à donner la mesure de son talent : Les Enfants du paradis, le chef-d'oeuvre de Marcel Carné et Jacques Prévert tourné pendant l'Occupation et sorti en 1945. Paradoxe pour cet artiste qui consacre sa vie au théâtre, c'est au cinéma qu'il trouve le rôle de sa vie - celui du mime Baptiste, amoureux d'Arletty - qui le rend célèbre à travers le monde. Jean-Louis Barrault consacre les trente dernières années de sa vie au théâtre et ne fait plus d'apparitions remarquées au cinéma, excepté sous les traits d'un pittoresque Restif de la Bretonne dans La Nuit de Varennes (1982) d'Ettore Scola.

Autres activités

Jean-Louis Barrault voue son existence au théâtre. D'abord comédien, il s'intéresse à la mise en scène puis monte lui-même ses spectacles. De 1940 à 1947, il est sociétaire de la Comédie-Française où il monte notamment Le Soulier de satin de Paul Claudel.
Avec son épouse Madeleine Renaud, il crée en 1946 la Compagnie Renaud-Barrault, installée au théâtre Marigny à Paris, où elle siège jusqu'en 1956, se produisant aussi bien dans des oeuvres classiques que dans le répertoire contemporain.
A compter de 1959, Jean-Louis Barrault est nommé directeur du théâtre de l'Odéon où il reste jusqu'aux événements de 1968. Il créé le théâtre d'Orsay en 1974 et le dirige jusqu'en 1981 avant de terminer sa carrière, en compagnie de son épouse, au théâtre du Rond-Point en 1984.
Il entreprend de nombreuses tournées à l'étranger et est l'auteur de plusieurs ouvrages sur le théâtre, dont Réflexions sur le théâtre (1949) et Nouvelles réflexions sur le théâtre (1959).

Ouvrages

  • Jean-Louis Barrault : écrits, répertoire, filmographie et critique : 1932-1989 / Hélène Volat-Shapiro ; Gerhard Vasco.- Paris : Lettres modernes, 1993
  • Madeleine Renaud, Jean-Louis Barrault.- Marseille : Musée Provençal du Cinéma : Galeries de la Charité, 1982
  • Renaud-Barrault : les feux de la rampe et de l'amour / Anne Germain.- Paris : Ed. du Felin, 1992
  • Renaud-Barrault : Paris, notre siècle.- Paris : Editions de Messine, [1982].
  • Saisir le présent / Jean-Louis Barrault.- Paris : R. Laffont, 1984
  • Souvenirs pour demain / Jean-Louis Barrault.- Paris : Seuil, 1972

Périodiques

  • Ciné-Revue, vol. 55, n° 30, 24 juillet 1975
  • Ecran Français (L'), n° 291, 7 février 1951
  • Film Dope, n° 2, mars 1973
  • Télérama, n° 2299, 2 février 1994

Courts métrages

en tant que : Interprète

1942Etoiles de demain René Guy-Grand
1945 Rose et le réséda (La) André Michel
1958 Musée Grévin (Le) Jacques Demy
1959 Belle saison est proche (La) Jean Barral
1962 Bonheur d'être aimée (Le) Henri Storck

Longs métrages

en tant que : Interprète des chansons originales

1938 Farinet - L'or dans la montagne Max Haufler

en tant que : Interprète

1935 Beaux jours (Les) Marc Allégret
1935 Mayerling Anatole Litvak
1935 Sous les yeux d'Occident = Razoumov Marc Allégret
1936 A nous deux, madame la vie Yves Mirande, René Guissart
1936Hélène Jean Benoit-Levy, Marie Epstein
1936 Jenny Marcel Carné
1936 Mademoiselle Docteur = Salonique, nid d'espions Georg Wilhelm Pabst
1936 Un grand amour de Beethoven Abel Gance
1937 Drôle de drame Marcel Carné
1937 Mirages = Si tu m'aimes Alexandre Ryder
1937 Orage Marc Allégret
1937 Perles de la couronne (Les) Sacha Guitry, Christian-Jaque
1937 Police mondaine Christian Chamborant, Michel Bernheim
1937 Puritain (Le) Jeff Musso
1938 Altitude 3200 Jean Benoit-Levy, Marie Epstein
1938 Farinet - L'or dans la montagne Max Haufler
1938 Piste du sud (La) Pierre Billon
1940 Parade en sept nuits Marc Allégret
1941 Destin fabuleux de Désirée Clary (Le) René Le Hénaff, Sacha Guitry
1941 Montmartre-sur-Seine Georges Lacombe
1941 Symphonie fantastique (La) Christian-Jaque
1942 Ange de la nuit (L') André Berthomieu
1943 Enfants du paradis (Les) Marcel Carné
1945 Part de l'ombre (La) Jean Delannoy
1946 Cocu magnifique (Le) Émile-Georges de Meyst
1948 D'homme à hommes Christian-Jaque
1950 Ronde (La) Max Ophuls
1950 Traité de bave et d'éternité Isidore Isou
1953 Si Versailles m'était conté Sacha Guitry
1959 Dialogue des Carmélites (Le) Raymond-Léopold Bruckberger, Philippe Agostini
1959 Testament du Docteur Cordelier (Le) Jean Renoir
1961 Longest Day (The)
Le Jour le plus long
Ken Annakin, Andrew Marton, Bernhard Wicki, [etc.]
1961 Miracle des loups (Le) André Hunebelle
1964 Cité de l'indicible peur = La Grande frousse (La) Jean-Pierre Mocky
1966 Chappaqua Conrad Rooks
1981 Mondo nuovo (Il)
La Nuit de Varennes
Ettore Scola
1987 Lumière du lac (La) Francesca Comencini