Ciné-Ressources – Fiches personnalités

Jean-Pierre Kalfon

Interprète, Réalisateur, Compositeur de la musique originale


imprimer
Naissance
30 octobre 1938 à Paris (France)
>> Rechercher "Jean-Pierre Kalfon" dans le catalogue Ciné-Ressources

Formation

Adolescent, Jean-Pierre Kalfon part à l'aventure et frôle la délinquance. Sur la route, il s'essaie à la batterie, rencontre un décorateur et entre dans une école de dessin. Là, il est entraîné à des cours de théâtre par un camarade. Au théâtre, il rencontre un danseur qui l'héberge et l'engage. Il passe cinq mois aux Folies-Bergère comme danseur. Il suit les cours de Charles Dullin, participe au TNP puis s'engage dans un théâtre plus underground (celui de Marc'O notamment) et fonde la Compagnie du théâtre 15. Dommage qu'elle soit une putain, de John Ford, est sa première mise en scène.

Carrière au cinéma

Figure marquante de la contre-culture des années 1960, Jean-Pierre Kalfon n'a jamais renié ce passé avant-gardiste, rock et dandy qui l'a amené à tourner avec tout ce que le cinéma français moderne compte d'auteurs, de Godard à Garrel en passant par Rivette ou Truffaut. Après avoir participé sans succès à un premier film, Le Septième Jour de Saint-Malo (Paul Mesnier, 1959), Jean-Pierre Kalfon débute véritablement au cinéma en 1964, quand Claude Lelouch lui offre un petit rôle de gangster dans Une fille et des fusils. Metteur en scène de théâtre dont le couple se brise dans L'Amour fou (1967) de Jacques Rivette, il est choisi par Jean-Luc Godard pour jouer le leader révolutionnaire de la Seine-et-Oise - dont le groupe enlève et dévore les Parisiens qui tentent de quitter la ville - pour le conte apocalyptique qu'est Week-end (1967).
Après son rôle de Simon le magicien dans la version cinéma des très iconoclastes Idoles de Marc'O (1968), aux côtés de Bulle Ogier, Pierre Clémenti et tant d'autres, l'acteur véhicule une image de hippie qu'il développe dans Le Lit de la vierge (1969) de Philippe Garrel puis dans La Vallée (1971) de Barbet Schroeder.
Passé la quarantaine, Jean-Pierre Kalfon s'illustre dans des rôles plus divers, devenant un des salauds de prédilection de nombreux polars comme La Guerre des polices (Robin Davis, 1979), La Femme flic (Yves Boisset, 1979) ou Une étrange affaire (Pierre Granier-Deferre, 1981) mais également dans des comédies (Le Jumeau, Yves Robert, 1984). Il met en avant son profil aquilin en collaborateur omnipotent dans Le Bon et les Méchants (1975) du fidèle Claude Lelouch (ils tourneront sept fois ensemble) ou en mentor fasciste dans Liberty Belle (1982) de Pascal Kané. Il a aussi à son actif une galerie de personnages marginaux. Si le punk de Rue Barbare (1983) de Gilles Béhat n'a pas grand-chose à voir avec le rockeur raté de L'Amour ou presque (1985) de Patrice Gautier, ces deux personnages, plus frimeurs que méchants, zonent, perdus.
A rebours de cet emploi, Claude Chabrol lui offre le personnage du commissaire du Cri du hibou (1986). A deux reprises, Kalfon endosse par ailleurs la soutane (Les Uns et les Autres, 1980, de Claude Lelouch ; Vivement dimanche, 1982, de François Truffaut). Entre les deux, il participe à une production Disney (Condorman, Charles Jarrott, 1981) avant de tenir le rôle masculin principal du Déclic (Jean-Louis Richard, 1985), adaptation de la BD érotique de Manara où il incarne un médecin ayant inventé un appareil pour déclencher à distance l'excitation sexuelle d'une jeune femme... Ce rôle lui vaut peut-être de devenir la voix-off rocailleuse et virile du narrateur de la fameuse Série rose de M6 de 1986 à 1991.
Les années 1990 ne lui permettent guère de trouver rôles et films à sa mesure et il faut attendre Saint-Cyr de Patricia Mazuy (2000) pour le redécouvrir dans une composition inattendue : il y est en effet un Louis XIV vieillissant, ce qui lui vaut une nomination aux Césars. Il retrouve un rôle de méchant de premier plan dans le très violent Total western d'Eric Rochant (2000) puis devient un très chic metteur en scène dans La Répétition (Catherine Corsini, 2001) et un grand patron cynique dans La Question humaine (Nicolas Klotz, 2006). Il est ensuite, devant la caméra de Samuel Benchétrit et, en compagnie de Jean Rochefort et Laurent Terzieff, l'un des cinq papis qui rêvent d'un braquage de banque et se contentent d'un MacDo dans J'ai toujours rêvé d'être un gangster (2007). Autant d'occasions pour lui de rappeler l'éclectisme de son talent et de sa carrière.
Dans le journal Libération du 24 avril 1990, il confiait d'ailleurs que "cet éclectisme, c'est [sa] vraie nature".

Autres activités

Entre deux longs séjours à l'étranger dans les années 70 (New York et le Brésil) au cours desquels il fait entre autres de la musique avec Bob Marley, Jean-Pierre Kalfon joue au théâtre, tourne des téléfilms et chante dans des groupes de rock, cette carrière musicale prenant même un temps le dessus sur ses autres activités, en particulier lorsqu'il enregistre l'album Black minestrone (1993).
Sur les planches, il interprète tour à tour Tchekhov, Racine, Shakespeare et Brecht. Il s'illustre aussi dans des comédies plus légères comme Danger, amour (1985) au théâtre Grévin avec Véronique Genest. Il tourne beaucoup pour la télévision, téléfilms et surtout épisodes de séries populaires telles Marie Pervenche, Coplan, Commissaire Moulin, Navarro, Alice Nevers, le juge est une femme... Il tient aussi des rôles secondaires mais récurrents dans La Rivière Espérance, Sandra princesse rebelle, Vénus et Apollon ou Mafiosa.

Périodiques

  • Cinématographe, n° 121, juillet/août 1986
  • Revue du Cinéma (La) / Image et Son, n° 436, mars 1988

Courts métrages

en tant que : Interprète

1966 Je ne sais pas Gérard Pirès
1968Révolution, ce n'est qu'un début, continuons le combat (La) Pierre Clémenti
1978Retour du privé (Le) Takis P. Candilis
1984Femme fidèle (La) Dominique Maillet
1986Hughie Frédéric Compain
1987 Demain peut-être Philippe Nessler
2003Manian (Le) Frédéric Jolfre

Longs métrages

en tant que : Réalisateur

1978 Coup du singe (Le) Ode Bitton, Jean-Pierre Kalfon

en tant que : Compositeur de la musique originale

1978 Coup du singe (Le) Ode Bitton, Jean-Pierre Kalfon
1979 Chroniques du temps présent = New old (Les) Pierre Clémenti

en tant que : Interprète

1959 Septième jour de Saint-Malo (Le) Paul Mesnier
1963 Drogue du vice = Le Concerto de la peur (La) José Bénazéraf
1964 Et la femme créa l'amour Fabien Collin
1964 Femme spectacle (La) Claude Lelouch
1964 Une fille et des fusils Claude Lelouch
1965Bargasses (Les) Marc'O
1965 Grands moments (Les) Claude Lelouch
1965 Longue marche (La) Alexandre Astruc
1966 Désordre a vingt ans (Le) Jacques Baratier
1966 Mamaia José Varela
1966 Mon amour, mon amour Nadine Trintignant
1966 Safari diamants Michel Drach
1967 Amour fou (L') Jacques Rivette
1967 Gauloises bleues (Les) Michel Cournot
1967 Idoles (Les) Marc'O
1967 Oiseaux vont mourir au Pérou (Les) Romain Gary
1967 Week-end Jean-Luc Godard
1968 Bande à Bonnot (La) Philippe Fourastié
1968 Paul Diourka Medveczky
1968Souvenirs souvenirs Pierre Clémenti
1969 Lit de la vierge (Le) Philippe Garrel
1969 Maître du temps (Le) Jean-Daniel Pollet
1970 Cicatrice intérieure (La) Philippe Garrel
1970 Jupiter Jean-Pierre Prévost
1971 Gants blancs du diable (Les) Laszlo Szabo
1971 Vallée (La) Barbet Schroeder
1972 George qui ? Michèle Rosier
1974 Un ange passe Philippe Garrel
1974 Zig-zig Laszlo Szabo
1975 Bon et les méchants (Le) Claude Lelouch
1976 Apprenti salaud (L') Michel Deville
1976 Apprentis sorciers (Les) Edgardo Cozarinsky
1976 Si c'était à refaire Claude Lelouch
1977 Chanson de Roland (La) Frank Cassenti
1978 Coup du singe (Le) Ode Bitton, Jean-Pierre Kalfon
1979 Femme flic (La) Yves Boisset
1979 Guerre des polices (La) Robin Davis
1979Nous nous sommes rencontrés dans un autre rêve Alain Schwartzstein
1980 Allons z'enfants Yves Boisset
1980Condorman Charles Jarrott
1980Dogs of War (The)
Les Chiens de guerre
John Irvin
1980 Uns et les autres (Les) Claude Lelouch
1981 Chassé-croisé Arielle Dombasle
1981Jetzt und alles Dieter Meier
1981 Mille milliards de dollars Henri Verneuil
1981 Nestor Burma détective de choc Jean-Luc Miesch
1981 Une étrange affaire Pierre Granier-Deferre
1982 Femme ivoire (La) Dominique Cheminal
1982 Hécate Daniel Schmid
1982 Liberty Belle Pascal Kané
1982 Vivement dimanche ! François Truffaut
1983 Amour par terre (L') Jacques Rivette
1983 Canicule Yves Boisset
1983 Laisse béton Serge Le Péron
1983 Rue Barbare Gilles Béhat
1984 Déclic (Le) Jean-Louis Richard
1984 Jumeau (Le) Yves Robert
1984 Nuit porte-jarretelles (La) Virginie Thévenet
1985A l'ombre de la canaille bleue Pierre Clémenti
1985 Amour ou presque (L') Patrice Gautier
1987 Cri du hibou (Le) Claude Chabrol
1987 Funny boy Christian Le Hémonet
1987 Sécurité publique Gabriel Benattar
1987 Septième ciel Jean-Louis Daniel
1987 Vent de panique Bernard Stora
1988 Corps z'à corps André Halimi
1991 Et demain... Hollywood Jean-François Villemer
1994 Cent et une nuits (Les) Agnès Varda
1994 Dieu, l'amant de ma mère et le fils du charcutier Aline Issermann
1996 Jour et la nuit (Le) Bernard-Henri Levy
1997 Folle d'elle Jérôme Cornuau
1997 L.A. without a Map
I love L.A.
Mika Kaurismäki
1998 Vie ne me fait pas peur (La) Noémie Lvovsky
1999 Saint-Cyr Patricia Mazuy
1999 Total western Eric Rochant
2000 Gamer Zak Fishman
2000 Répétition (La) Catherine Corsini
2001 Lulu Jean-Henri Roger
2002 Baigneuses (Les) Viviane Candas
2002 Dreamers (The)
Innocents
Bernardo Bertolucci
2003 Ne fais pas ça ! Luc Bondy
2004 Asylum Olivier Château
2004 Code 68 Jean-Henri Roger
2005 Suzanne Viviane Candas
2006 American vertigo Michko Netchak
2006 Dans les cordes Magaly Richard-Serrano
2006 Parc Arnaud des Pallières
2006 Question humaine (La) Nicolas Klotz
2006 Vie d'artiste (La) Marc Fitoussi
2007 J'ai toujours rêvé d'être un gangster Samuel Benchetrit
2010 Chat du rabbin (Le) Joann Sfar, Antoine Delesvaux
2012 Je m'appelle hmmm... Agnès Troublé
2014 Ce sentiment de l'été Mikhaël Hers