Mylène Demongeot
Interprète, Producteur délégué

Naissance
29 septembre 1936 à Nice (Alpes-Maritimes, France)
Liens familiaux
Mylène Demongeot épouse le réalisateur Marc Simenon, le fils du créateur du commissaire Maigret, Georges Simenon..

Formation

Montée à Paris à l'âge de treize ans, la jeune Marie-Hélène Demongeot s'adonne toute entière au piano. Elle suit ensuite des cours d'art dramatique avec René Simon et Marie Ventura. Ses études achevées, elle débute une brève carrière de mannequin.

Carrière au cinéma

Mutine et sculpturale, Mylène Demongeot fut souvent considérée comme une rivale de Brigitte Bardot. Elle fut en tout cas un des sex-symbols les plus emblématiques et les plus populaires du cinéma français du tournant des années 1950-1960. Le cinéma s'intéresse à la jeune modèle alors qu'elle n'a que dix-sept ans.
Après avoir joué les blondes sulfureuses dans Les Enfants de l'amour (1953) de Léonide Moguy et quelques autres comédies légères, Mylène Demongeot est retenue pour participer au drame Les Sorcières de Salem (1957) de Raymond Rouleau, tiré du roman d'Arthur Miller, où elle interpréte, aux côtés d'Yves Montand et de Simone Signoret, la petite peste Abigail. Ce rôle suffit à faire d'elle une vedette.
Elle confirme son ambition d'actrice en jouant la lumineuse et très libre Elsa de Bonjour tristesse (1958), luxueuse adaptation du roman de Françoise Sagan par Otto Preminger, dans laquelle la jeune Mylène Demongeot côtoie Jean Seberg, David Niven et Deborah Kerr. Elle confirme sa popularité naissante de sex-symbol dans des comédies légères qui rencontrent un grand succès, telles Sois belle et tais-toi (Marc Allégret, 1958) ou Faibles femmes (Michel Boisrond, 1959), tout en sachant se montrer beaucoup plus sombre comme dans Une manche et la belle (Henri Verneuil, 1957), où elle se révèle machiavélique. Très rapidement, son physique la fait remarquer à l'étranger.
Elle prête ainsi ses formes sculpturales à quelques péplums italiens (La Bataille de Marathon, Jacques Tourneur, 1959 ; L'Enlèvement des Sabines, Richard Pottier, 1961 ; L'Or des Césars, André De Toth, 1963) mais tourne aussi, toujours en Italie, dans quelques films à sketches et dans des drames de Mauro Bolognini (Les Garçons, 1959) et Dino Risi (L'Inassouvie, 1960). Elle met aussi son charme piquant au service de cinéastes anglais comme Ralph Thomas - pour les comédies Entrée de service (1959) et Doctor in Distress (1963) - et surtout Roy Ward Baker qui lui offre le rôle d'une paysanne mexicaine amoureuse d'un prêtre dans ce très singulier western qu'est Le Cavalier noir (1961).
La même année, grâce à sa persévérance, elle obtient l'un de ses rôles les plus marquants, la Milady de Winter des deux volets des Trois mousquetaires réalisés par Bernard Borderie (. Après une fantaisie policière de Michel Deville dans laquelle elle renouvelle avec sensibilité et finesse son personnage (A cause à cause d'une femme, 1963), elle devient l'intrépide photographe qui, aux côtés du journaliste Fandor (Jean Marais) et du commissaire Juve (Louis de Funès), tente de mettre un termes aux agissements du mystérieux Fantômas dans la trépidante et populaire trilogie d'André Hunebelle : Fantômas (1964), Fantômas se déchaîne (1965) et Fantômas contre Scotland Yard (1967).
En 1966, après sa rencontre avec Marc Simenon et lasse de jouer les jeunes premières, elle se lance dans la production pour aider son nouveau compagnon à réaliser ses films. Elle produit et interprète ainsi Le Champignon (1970), L'Explosion (1971), Par le sang des autres (1974) et Signé Furax (1981). Ces films n'ont pas le succès escompté et la carrière de comédienne de Mylène Demongeot marque le pas, même si elle n'arrête pas pour autant de tourner dans des films et des rôles moins importants.
On la retrouve dans Les Noces de porcelaine (1975) de Roger Coggio, dans Le Bâtard (1983) de Bertrand Van Effenterre, Flics de choc (1983) de Jean-Pierre Desagnat... Bertrand Blier lui confie une apparition lors d'une séquence mémorable de Tenue de soirée (1985) et Liliane de Kermadec fait d'elle une gérante de drugstore qui aide l'héroïne de La Piste du télégraphe (1994) à rejoindre le détroit de Bering. Elle se retire ensuite quasiment des écrans pendant une décennie avant de devenir un second rôle apprécié, récoltant deux nominations aux Césars pour 36 quai des Orfèvres (Olivier Marchal, 2004) et La Californie (Jacques Fieschi, 2007).
Le couple qu'elle forme avec Claude Brasseur dans la comédie Camping (Fabien Onteniente, 2006) et sa suite (Camping 2, Fabien Onteniente, 2010) lui vaut un regain de popularité. Elle trouve grâce à Hiner Saleem de beaux personnages très touchants dans les poétiques Les Toits de Paris (2007) - dont elle dira qu'il s'agit d'un de ses meilleurs films - et Si tu meurs, je te tue (2011). Se souvenant de son passé de sex-symbol, Emmanuelle Bercot lui donne un rôle d'ancienne miss dans Elle s'en va (2013).

Autres activités

Après quelques essais peu concluants au théâtre (Virages dangereux, 1957, de Raymond Rouleau ; Electre ; Gugusse, 1968), Mylène Demongeot commence à se sentir à l'aise sur scène avec Le Canard à l'orange (1984). Elle joue depuis lors avec assurance dans plusieurs pièces, et notamment dans Un homme pressé (1992) de Jean-Pierre Vincent, où elle incarne la femme d'un personnage biblique, Job, interprété par Daniel Auteuil. En 2000, elle est la reine-mère de Beckett ou l'honneur de Dieu de Jean Anouilh, mis en scène par Didier Long et interprété par Bernard Giraudeau dans le rôle-titre.
Elle est apparue à la télévision dans la série Les Dossiers de l'agence O (1968) réalisée par Marc Simenon et a été la vedette de la série policière Marion (1982). Elle a tenu un rôle récurrent dans une série de téléfilms italiens menés par Bud Spencer (Big man, 1988) et a tourné quelques téléfilms, dont Vacances au purgatoire (1992), réalisé par Marc Simenon. Parmi ses autres téléfilms, on note La Tête haute (Gérard Jourd'hui, 2005), Le Fantôme du lac (Philippe Niang, 2007), La Ballade de Lucie (Sandrine Ray, 2013) et Les Mauvaises Têtes (Pierre Isoard, 2013).
Très investie dans différentes causes sociales, elle s'est essayée à la politique en 1992 en se présentant aux élections régionales.

Prix

Ouvrages

  • Tiroirs secrets / Mylène Demongeot. - Paris : Pré aux Clers, 2001.
  • Vénus de mélos : les belles actrices du cinéma français des années 60 / Henry-Jean Servat.- Paris : H. Veyrier, 1987.

Périodiques

  • CinémAction, n° 95, mars 2000
  • Cinémonde, n° 1581, 24 novembre 1964
  • Cinémonde, n° 1624, 2 novembre 1965
  • Ciné-Revue, n° 11, janvier 1981
  • Ciné-Revue, n° 17, 26 avril 1984
  • Ciné-Revue, n° 27, 5 juillet 1984
  • Ciné-Revue, n° 51, 20 décembre 1984
  • Films and Filming, n° 1, octobre 1957
  • Photoplay, n° 3, mars 1972
  • Stars, n° 1, septembre 1988

Longs métrages

en tant que : Producteur délégué

1980 Signé Furax Marc Simenon

en tant que : Interprète

1953 Enfants de l'amour (Les) Léonide Moguy
1954 Frou-Frou Augusto Genina
1954 Futures vedettes Marc Allégret
1955 Papa, maman, ma femme et moi Jean-Paul Le Chanois
1956It's a Wonderful World Val Guest
1956 Quand vient l'amour Maurice Cloche
1956 Sorcières de Salem (Les) Raymond Rouleau
1957 Bonjour Tristesse Otto Preminger
1957 Sois belle et tais-toi Marc Allégret
1957 Une manche et la belle Henri Verneuil
1958 Cette nuit-là Maurice Cazeneuve
1958 Faibles femmes Michel Boisrond
1958 Vent se lève (Le) Yves Ciampi
1959 Battaglia di Maratona (La)
Bataille de Marathon
Jacques Tourneur, Bruno Vailati, Mario Bava
1959Notte brava (La)
Les Garçons
Mauro Bolognini
1959Sotto dieci bandiere
Sous dix drapeaux
Duilio Coletti
1959Upstairs and Downstairs
Entrée de service
Ralph Thomas
1960 Singer Not the Song (The)
Le Cavalier noir
Roy Ward Baker
1960 Un amore a Roma
L'Inassouvie
Dino Risi
1961 Enlèvement des Sabines (L') Richard Pottier
1961 Trois mousquetaires (Les) Bernard Borderie
1962 A cause, à cause d'une femme Michel Deville
1962Copacabana Palace Steno
1962Oro per i Cesari
L'Or des Césars
Sabatino Ciuffini, Riccardo Freda
1963 Appartement des filles (L') Michel Deville
1963 Cherchez l'idole Michel Boisrond
1963Doctor in distress
[Docteur en détresse]
Ralph Thomas
1964 Fantômas André Hunebelle
1964Onkel Toms Hütte
La Case de l'oncle Tom
Géza Radványi
1965 Fantômas se déchaîne André Hunebelle
1965 Furia à Bahia pour O.S.S. 117 André Hunebelle
1966 Fantômas contre Scotland Yard André Hunebelle
1966 Tendre voyou Jean Becker
1967 Private Navy of Sergent O'Farrell (The)
La Marine en folie
Frank Tashlin
1969 Champignon (Le) Marc Simenon
1969 Una su tredici
12 + 1
Nicolas Gessner
1970 Explosion (L') Marc Simenon
1972 J'ai mon voyage !
Quand c'est parti, c'est parti
Denis Héroux
1973 Par le sang des autres Marc Simenon
1974 Noces de porcelaine (Les) Roger Coggio
1975 Il faut vivre dangereusement Claude Makovski
1976 Echappatoire (L') Claude Patin
1980 Signé Furax Marc Simenon
1982 Bâtard (Le) Bertrand Van Effenterre
1982 Surprise party Roger Vadim
1983 Flics de choc Jean-Pierre Desagnat
1983 Retenez-moi ou je fais un malheur ! Michel Gérard
1984Yoroppa tokkyu Yutaka Ohara
1985 Paulette, la pauvre petite milliardaire Claude Confortès
1986 Tenue de soirée Bertrand Blier
1993 Piste du télégraphe (La) Liliane de Kermadec
1996Homme idéal (L') Xavier Gélin
2003 Feux rouges Cédric Kahn
2004 36, quai des Orfèvres Olivier Marchal
2004 Victoire Stéphanie Murat
2005 Californie (La) Jacques Fieschi
2005 Camping Fabien Onteniente
2006 Toits de Paris (Les) Hiner Saleem
2008 Oscar et la dame rose Eric-Emmanuel Schmitt
2008 Tricheuse Jean-François Davy
2009 Camping 2 Fabien Onteniente
2010 Si tu meurs, je te tue Hiner Saleem
2012 Elle s'en va Emmanuelle Bercot
2015 Camping 3 Fabien Onteniente
2016 Sage femme Martin Provost